Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Charles Martel et le FN: de l'histoire au mythe identitaire

19 Avril 2015 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Histoire, #Extrême-droite, #Front national, #Identitaires

Charles Martel et le FN: de l'histoire au mythe identitaire

HISTOIRE - "Je ne suis pas Charlie, je suis Charlie Martel". C'est la formule-choc choisie par Jean-Marie Le Pen, deux jours après les tueries au siège de Charlie Hebdo et à l'Hypercasher, pour répondre à la polémique qui enfle autour de l'éventuelle présence du Front national au défilé prévu le dimanche 11 janvier. Le Président d'honneur du parti d'extrême droite reprend ainsi un slogan qui, déjà, circule sur les réseaux sociaux, notamment chez les Identitaires, qui mettent immédiatement en vente des t-shirts frappés du slogan "Je suis Charlie Martel".

Le choix de ce personnage historique, vainqueur de la bataille de Poitiers en 732 face aux Sarrasins d'Abd al-Rahmân, ne doit rien au hasard. Depuis le début des années 2000, le Pippinide est l'objet d'utilisations politiques par l'extrême droite. Le président du MNR (mouvement dissident du FN), Bruno Mégret, se rend le 30 septembre 2000 à Moussais, site présumé de la bataille, et y prononce un discours fortement inspiré de la théorie du choc des civilisations de l'Américain Samuel Huntington, qui voit dans cet affrontement une étape fondamentale d'un conflit pluriséculaire entre l'Occident chrétien et l'Islam, à l'instar de la bataille de Lépante (1571) ou du siège de Vienne (1683). Le FN répond, lors de la Présidentielle 2002, avec une affiche titrant : "Martel 732-Le Pen 2002". La récupération se poursuit dix ans plus tard, lorsque le groupe Génération identitaire occupe le chantier de la mosquée de Poitiers, se référant une nouvelle fois à Charles Martel.

Lire la suite

Partager cet article

Commenter cet article