Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Les origines de la Solution finale (Berjac)

2 Avril 2015 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Antisémitisme et négationnisme, #Mémoire Seconde guerre mondiale, #Génocides

Fiche de lecture Christopher R. Browning,
Les origines de la solution finale

 

À mesure qu'on avance dans la lecture, le malaise s'épaissit. On observe la progression tortueuse du mal, on retient son souffle lorsqu'il bute contre un obstacle mais on connaît la suite et on sait que la raison et les barrières morales s'inclineront. Les photographies et les récits nous ont donné à voir les cadavres sur les trottoirs des ghettos, les femmes qui attendent nues devant la douche, les hommes qui se penchent pour consoler de la main leurs voisins agonisants avant que la salve suivante les couche par-dessus.

Dans La politique de la mémoire, Raul Hilberg préconise l'emploi de mots neutres et ajoute qu'un de ses relecteurs affirmait qu'il se dégageait de ses écrits une ironie contenue. Le pathos et la ritualisation égarent la rigueur. Ils insultent à la fois les victimes et nos contemporains quand ils n'entretiennent pas une culpabilité stérile, sous prétexte d'immuniser contre la barbarie.

Le sujet : depuis l'invasion de la Pologne jusqu'au printemps 1942, l'enchaînement des mécanismes institutionnels, idéologiques et psychologiques qui aboutissent à la mise à mort industrielle.

 

Le cauchemar géopolitique

On entre de plain-pied dans le cauchemar géopolitique allemand. Un territoire et une population indéterminés, longtemps divisés en une multitude de principautés clientes des puissances européennes. Des mythes nationalistes privilégiant le lien étroit entre le peuple et la terre, la culture et le paysage.

Ils sont les héritiers du courant völkisch qui a accompagné le nationalisme allemand au XIXe siècle et dont une partie était antisémite. Pour les nazis, les vainqueurs de 1918 qui ont imposé les dispositions humiliantes du Traité de Versailles et déclenchent à nouveau la guerre en 1939, sont les instruments du complot juif. La crise économique ruine les classes moyennes et jette des millions de travailleurs sur le pavé, disloquant toute cohésion sociale et se jouant de la volonté populaire. Comment alors contredire ceux qui martèlent que la démocratie est un leurre, surtout lorsque leur accession au pouvoir s'accompagne d'un retour au plein emploi et de succès extérieurs ? Et comment empêcher que les solidarités se reconstruisent autour de la chimère.

lire la suite

Partager cet article

Commenter cet article