Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Lutte contre le racisme : hiérarchisation des victimes ?

19 Avril 2015 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Racisme, #Antisémitisme et négationnisme, #Islamophobie, #"Gauche" décomplexée

Entretien avec Libération :

Dans ce malaise post-Charlie, où l’antisémitisme tue, et l’islamophobie gangrène, où il faut gérer les drames, les malaises, les actes, les dires et les ressentis, Gilles Clavreul a fait des choix. Sans surprise, on entend du Manuel Valls dans le texte. «Tous les racismes sont condamnables, mais le racisme anti-Arabe et anti-Noir n’a pas les mêmes ressorts que l’antisémitisme dans sa violence. Il faut être capable de dire la particularité de l’antisémitisme.» Il raconte «cette haine du juif qui rassemble extrême droite et islamistes» et «qui ressort à chaque fois que cela va mal dans une société».

Le délégué est, en revanche, plus circonspect sur le sujet de l’islamophobie, terme qu’il se refuse à employer. Il regarde, avec méfiance, l’éclatement de la sphère antiraciste en collectifs sectoriels qu’il juge clairement «communautaristes» : collectifs contre l’islamophobie, contre la négrophobie. «Ils sont dans une revendication victimaire destinée à faire reconnaître un groupe en tant que groupe. Ils instruisent le procès de la France comme étant coupable de tous les crimes : l’esclavage, la colonisation…» Il trouve qu’en tant que «républicains, on devrait plutôt se féliciter que la France ait aboli l’esclavage». Et de se pencher sur le cas des islamistes radicaux. «Ils sont terribles, parce qu’à travers leur islam, totalement dévoyé, ils arrivent à imposer un rapport de force politique permanent. Ils montrent qu’on peut vivre entre soi, totalement en dehors de la société, tout en respectant la loi.» Pourtant, dans la série de ce qu’il nomme «les promoteurs de l’être séparé», Gilles Clavreul cultive un agacement particulier vis-à-vis de «tous ces gauchistes qui jouent, sans vergogne, le jeu du communautarisme».

Commentaire de Rokhaya Diallo :

Gilles Clavreul, délégué interministériel chargé de lutter contre le racisme nous explique tranquillement que le racisme anti Arabes ou anti Noirs est secondaire, que l'islamophobie n'existe pas, que l'esclavage ne doit être évoqué que parce qu'il a été aboli par notre grand pays, que les associations "communautaristes" qui luttent contre le racisme subi par les musulmans ou les Noirs ne servent à rien, et ne prend même pas la peine d'évoquer les Roms.... C'est ce monsieur qui vient de pondre le rapport sur la base duquel le gouvernement déterminera ses priorités en matière de lutte contre le racisme... Je vous laisse savourer l'extrait de son portrait paru dans Libé vendredi.

Partager cet article

Commenter cet article