Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

A Mayotte, « comme au temps des colonies » (Olivia Müller)

15 Mai 2015 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Outre-mers, #Colonisation

Dernier-né des départements français, Mayotte se trouve dans une situation paradoxale. Propulsée dans un processus accéléré d’intégration à la République, l'île reste soumise à des pratiques dérogatoires encore dignes du système colonial. Exemples aux frontières, à l'école, dans l'administration…

Mayotte, envoyée spéciale.- Située dans le canal du Mozambique et dans l’océan Indien, entre la côte swahilie d’Afrique orientale et Madagascar, Mayotte partage avec les autres îles de l’archipel des Comores culture, langue, religion et passé colonial. Mais, devenue le dernier département français par référendum en 2011, elle se retrouve confrontée à un destin singulier. Face à de lourds défis économiques et à de nouvelles normes culturelles et fiscales, elle ne bénéficie pas pour autant des droits sociaux accordés sur le reste du territoire français. Nichée dans le “plus beau lagon du monde”, cette petite île de 374 km2 pour 212 000 habitants est en état de survie, ravagée par la pauvreté, et socialement, médicalement et touristiquement désertée.

Le lagon de Mayotte. © Google Map

Tandis que l’ONU et l’Union africaine persistent à dénoncer la présence française à Mayotte, dont elles exigent le retour dans le giron comorien, la France assure se prévaloir du lien historique et démocratique qui la rattache à son ancienne colonie. Mais pour de nombreux experts, la stratégie française tend avant tout à protéger les intérêts géopolitiques et militaires qu’offre un positionnement avantageux dans le canal du Mozambique. Des intérêts détaillés notamment par Pierre Caminade dans Comores-Mayotte : une histoire néocoloniale (Éd. Agone, 2003) parmi lesquels, en particulier, l’accroissement de l’espace maritime français. La présence à Mayotte et sur les îlots alentour (les îles Éparses) garantit en effet d’imposantes zones économiques exclusives (ZEE). Ces dernières pouvant s’étendre jusqu’à 200 milles des côtes, elles assurent à la France la deuxième façade maritime mondiale.

Article complet :

A Mayotte, « comme au temps des colonies » (Olivia Müller)

Partager cet article

Commenter cet article