Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Où est Charlie ? Ce que montrent réellement les cartes d’Emmanuel Todd

23 Mai 2015 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Société française

La thèse d'Emmanuel Todd a été très contestée. Il nous a semblé utile de présenter un contrepoint, qui dépasse le stade des imprécations, pour se livrer également à une analyse sociologique.

Où est Charlie ? Ce que montrent réellement les cartes d’Emmanuel Todd

T. Joliveau / Il y a 3 jours

Le livre d’Emmanuel Todd, Qui est Charlie ? Sociologie d’une crise religieuse, paru il y a quelques jours a suscité de nombreuses controverses. Todd a cartographié les tailles des manifestations du 10 et 11 janvier en réaction à l’attentat de Charlie-Hebdo et du supermarché Hypercasher. Il a ensuite analysé les corrélations entre la participation aux manifestations avec des paramètres sociologiques et religieux pour les différentes villes françaises. Il en a tiré une interprétation à contre-courant des idées reçues.

Cette manifestation massive ne serait pas l’expression de l’esprit des lumières, de la défense de la république et de la liberté d’expression ou une dénonciation de l’antisémitisme. Elle marquerait au contraire l’émergence d’un nouveau bloc hégémonique qu’il nomme MAZ (classes Moyennes, personnes Âgées, catholiques Zombies) qui entend se dresser contre l’islam, religion portée par un groupe minoritaire et défavorisé. Les marches du 10-11 janvier seraient « la manifestation » d’une crise identitaire, une perte de sens, le creusement d’un vide métaphysique ouvert par le recul du christianisme qui déséquilibre aussi le socle égalitaire et plus anciennement déchristianisé du territoire. Ce bloc serait à la conjonction des forces qui avaient autrefois soutenu l’Église catholique et des classes sociales moyennes et supérieures, européistes et libérales, qui dominent la France depuis Maastricht.

Cette thèse a soulevé de nombreuses critiques sur les a priori théoriques ou les raccourcis dans le raisonnement. Ma réaction a été de reprendre pas à pas le travail de constitution et d’analyse des données de E. Todd sur les manifestations du 10 et 11 janvier, de discuter ses résultats, de critiquer l’insuffisance de ses interprétations et d’en proposer d’autres. En effet,comme le dit Jacques Lévy dans Libération du 4 mai, Todd a l’honnêteté rare de fournir une partie des données qui ont servi à sa démonstration et donc de soumettre à la critique son travail. Il m’a semblé utile au débat de reprendre la balle au bond et de revenir à la base du livre, les données.

J’expose dans ce billet les principales conclusions d’un texte plus long, téléchargeable en pdf et je vais placer en ligne les données au format R et Philcarto, pour ceux qui souhaiteraient contrôler ou poursuivre l’analyse. Il s’agit en effet d’un premier travail à approfondir.

La constitution des données

Partager cet article

Commenter cet article