Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Un génocide de proximité (Marie DARRIEUSSECQ)

19 Mai 2015 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Rwanda, #Génocides, #Afrique

«Le 8 avril 1994, c’est le jour de ma mort» ; «Ils m’ont tuée et j’ai été morte cinq jours dans le marais» ; «J’étais morte, et quand on a soulevé mon corps, mes yeux ont bougé.» J’entends encore les voix des rescapés, de mon voyage d’avril au Rwanda. Dans les Naufragés et les Rescapés, Primo Levi dit que les naufragés, les morts, leur parole est perdue. Mais au Rwanda, certains rescapés sont aussi des naufragés. Ils ont traversé la mort, avec des séquelles terribles. Il leur manque un bras ou un œil. Ils n’ont plus aucune famille. Les femmes, systématiquement violées, ont souvent le sida. Ces morts encore vivants ont été assassinés parce qu’ils étaient tutsis ou qu’ils aidaient les Tutsis, et ils ont tous la même histoire : ils ont été laissés pour morts. Quand ils ont la force de témoigner, c’est pour demander justice, et pour prévenir de ce qu’est un génocide. Révérien Rurangwa écrit, dans son livre Génocidé, que témoigner est tout ce qui lui reste.

J’ai pris conscience sur place de ce fait simple : au Rwanda, dans ce petit pays, les survivants sont beaucoup, beaucoup moins nombreux que leurs assassins. Et ils vivent en voisins. C’était un «génocide de proximité». Témoigner leur est difficile, ne serait-ce que parce que leur parole est confrontée à la clameur de bandes qui ont de nombreux «témoins», de prétendus «alibis», etc. Et qui menacent, encore aujourd’hui : si tu parles, on te tue. Alors, malgré le processus de réconciliation, on entend : «C’est leur faute s’ils sont morts ; d’ailleurs, ils ne sont pas morts ; et il n’y a jamais eu de Tutsis dans ce village.» Et les rescapés, déjà si éprouvés, doivent encore lutter contre la mise en doute de leur assassinat…

Article complet :

 

Un génocide de proximité (Marie DARRIEUSSECQ)

Partager cet article

Commenter cet article