Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Dîner du CCIF - Des membres du PS cherchent à discréditer la lutte contre l'islamophobie

10 Juin 2015 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Islamophobie, #"Gauche" décomplexée

Dîner du CCIF - Des membres du PS cherchent à discréditer la lutte contre l'islamophobie

Communiqé du CCIF :

Mardi 9 juin, Le Figaro a de nouveau publié un article sur le CCIF qui s’illustre déjà par son titre : « Islam : Cambadélis interpellé par des membres du PS sur sa participation à un diner d’un collectif controversé ».

Notons que cet article a été écrit par le même journaliste qui avait cherché à saper la réputation du CCIF au lendemain de notre diner annuel.

Cet article fait suite à l’envoi d’un courrier à Jean-Christophe Cambadélis, Premier Secrétaire du Parti Socialiste, qui le somme de s’expliquer sur la présence de la porte-parole du PS au dîner du CCIF.

Ecrite par des membres du Conseil national, Mehdi Ouraoui, l'ancien directeur de cabinet d'Harlem Désir, Naïma Charaï, proche de Caroline Fourest, Stéphane Delpeyrat et Charlotte Brun, cette lettre ne contient pas le moindre argument qui mettrait en cause le travail du CCIF de quelque manière que ce soit.

Les auteurs se rabattent donc sur plusieurs des invités du dîner du CCIF, se posant la question de leur présence, alors qu'ils devraient s'interroger sur les raisons pour lesquelles le PS, comme d'autres formations politiques, ont été totalement absents pendant des années lors des mobilisations contre l'islamophobie. La posture uniquement idéologique de cette lettre démontre la détermination de ses auteurs à discréditer la lutte contre l’islamophobie menée par le CCIF depuis 2003.

Nous dénonçons les méthodes de polémistes comme Caroline Fourest, proche de Naïma Charaï co-auteure du courrier, et de ceux qui soutiennent son idéologie d'exclusion, qui consiste à faire passer un mensonge pour une vérité, tout en cherchant à porter atteinte à la réputation des personnes et organisations qui ne partageraient pas leurs vues, à défaut de pouvoir mettre en cause leur travail. Cela montre le peu de sérieux des arguments utilisés par les détracteurs du CCIF.

S'agissant des participants, il est également utile de rappeler que l'invitée d'honneur du dîner de cette année était Noor Tagouri, talentueuse journaliste, et que celle de l'année dernière était Dalia Mogahed, ancienne conseillère de Barack Obama; deux modèles de réussite incarnés par des femmes libres et (accessoirement) portant un foulard, hors de portée pour les rédacteurs de cette missive et pour ceux dont le combat pour l'exclusion de ces mêmes femmes voilées est en passe d'être dépassé.

En se faisant représenter et en accueillant trois jours plus tard le CCIF, Jean-Christophe Cambadélis rééquilibre logiquement la position du PS en matière de lutte contre toutes les discriminations. Le Parti Socialiste, qui souhaite incarner l'avant-garde des luttes pour l'égalité, ne pouvait plus ignorer la souffrance de femmes et d'hommes dont le seul délit est de vouloir vivre leur foi librement et dignement. Reste à l'ensemble des forces politiques du pays de prendre position contre l'islamophobie qui détruit le vivre-ensemble, menace la cohésion nationale, et affecte des millions de nos concitoyen-ne-s.

Si les rédacteurs de cette lettre comprenaient cette réalité ils n'auraient jamais commis cet affront en attaquant une organisation qui vient en aide à ces victimes et auraient au contraire encouragé une telle démarche. Mais ils ont préféré emboîter le pas à ceux qui utilisent la laïcité comme moyen d'exclusion, rejoignant ainsi le discours du FN et de ses sirènes islamophobes.

Cette lettre est une vaine tentative de décourager toute implication citoyenne et politique dans la lutte contre l’islamophobie. Les auteurs invoquent « la fraternité » et « l’universalisme républicain », deux notions qu’ils bafouent pour leurs propres intérêts politiques et idéologiques.

Le CCIF continuera son travail sans la moindre ambiguïté, à chacun de choisir dans le temps politique qui est le nôtre s'il souhaite se positionner du côté du vivre-ensemble et de la lutte contre toutes les inégalités ou du côté de ceux qui divisent nos concitoyen-ne-s en faisant de l'islamophobie et du dévoiement de la laïcité un fond de commerce électoral.

Partager cet article

Commenter cet article