Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

2005 : un premier rapport Boutih qui défend les thèses de la droite extrême

8 Juillet 2015 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Étrangers et immigrés, #Mouloud Aounit, #MRAP, #Malek Boutih, #"Gauche" décomplexée

Extrait :

Au point qu’invité à l’Institut du Monde Arabe (IMA) jeudi 28 avril pour participer à un débat sur l’Europe et la politique des quotas, Malek Boutih s’est finalement décommandé à la dernière minute. Pire, lorsque Ahmed Nait-Balk, journaliste à Beur FM et animateur de la soirée, appelle le secrétariat du Parti socialiste pour obtenir une copie du rapport afin de préparer la discussion, il s’entend répondre par le service de presse : << le rapport sera rendu public après le referendum >>, par peur que par leur dureté envers les immigrés, les propositions de Malek Boutih n’aggravent le ressentiment populaire envers le parti socialiste, et donc ne fassent encore progresser le « non » à la constitution européenne. Censure ? Le problème, c’est qu’en nommant l’ancien « pote » au bureau national, en 2003, les socialistes avaient justement cherché à renouer avec les banlieues après le cataclysme électoral du 21 avril. La même année, Malek Boutih s’exhibait à l’université d’été du Medef, et félicitait Nicolas Sarkozy pour redonner « espoir aux jeunes en politique ».

Dommage que le PS ne souhaite pas ouvrir le débat sur le rapport Boutih avant le 29 mai parce que certains aimeraient beaucoup en débattre avec ses dirigeants. A commencer par Mouloud Aounit, responsable du Mrap et présent, lui, à l’IMA : « Le débat sur les quotas relève d’une logique néo-coloniale et égoïste. On va vampiriser les pays qui se sont saignés pour former leurs cadres. Cette façon de faire interdit toute possibilité de développement des pays pauvres, ce qui est pourtant l’élément central dans la lutte contre l’immigration clandestine ».

Au sein du PS également le débat promet d’être vif. Début février, Noria Chaib, Fayçal Douhane, Ali Kismoune, Chafia Mentalecheta, Farid Bounouar et Gaspard-Hubert Lonsi Koko, jeunes responsables issus de toutes les sensibilités politiques du parti -fait rare- signent un Rebond dans Libération dénonçant le recours au « tri sélectif ». Déjà fossoyeur des espoirs politiques de la « Marche des beurs » en noyant sa revendication pour une réelle égalité des droits dans l’illusion de l’anti-racisme mou et auto-victimisant, Malek Boutih ouvre-t-il, après celui des matières premières du sud, l’ère du pillage des matières grises ?

Partager cet article

Commenter cet article