Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Un jour pour se souvenir, 364 jours pour oublier ?

3 Août 2015 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Roms - tsiganes - voyageurs

Ce dimanche 2 août, nous commémorerons l’extermination de centaines de milliers de Roms et de Sinti par les nazis et leurs collaborateurs. Zeljko Jovanovic, directeur de l’Open Society Roma Initiatives Office appelle les responsables politiques à prendre leurs responsabilités pour que cesse l'anti-tsiganisme. « Les commémorations ont un rôle extrêmement important, nous avons besoin qu’elles aient lieu dans chaque ville et dans chaque village de tous les pays, mais commémorer les morts une journée est loin d’être suffisant pour mettre fin à l’humiliation quotidienne dont sont victimes les Roms en Europe ».

Ce 2 août, comme chaque année, nous allons commémorer le génocide des Roms dans toute l’Europe, à grand renfort de tribunes, de communiqués, de déclarations de dirigeants politiques et associatifs, d’évènements culturels.

Une fois les commémorations passées, comme chaque année, nous continuerons à assister à des émeutes anti-Roms organisées par des néo-nazis en République Tchèque, à des lynchages de Roms en Bulgarie, à des expulsions de Roms par des bulldozers en Serbie, à des stérilisations forcées de femmes roms en Slovaquie, à des opérations de ségrégation urbaine en Italie, à des cas de ségrégation scolaire en Hongrie, à des brutalités policières en France.

Les dirigeants politiques et les fonctionnaires cèderont à la majorité et tolèreront la violence et le racisme. Ils accuseront les Roms d’être la cause de leurs problèmes et utiliseront les Roms pour expliquer les échecs de leurs politiques. Des Premiers ministres accuseront les Roms d’être un obstacle à l’entrée de la Roumanie dans l’espace Schengen et à la libéralisation de la politique de visas pour les Serbes et les Macédoniens.

Comment en arrive-t-on au paradoxe d’une politique de commémoration active pendant une journée, et de passivité complète tout le reste de l’année ?

article complet

Partager cet article

Commenter cet article