Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Camp d’internement de Rivesaltes : retour sur une sale Histoire de France

5 Octobre 2015 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Mémoire Seconde guerre mondiale, #Antisémitisme et négationnisme, #Harkis, #Tsiganes et voyageurs

L’année 2015 aura été celle de la mémoire du camp de Rivesaltes qui a “accueilli” successivement républicains espagnol, juifs, Tsiganes, harkis ou encore immigrés clandestins. En février dernier, soit quelques mois avant l’inauguration du mémorial le 16 octobre prochain, l’historien Nicolas Lebourg publiait, avec Abderahmen Moumen, un ouvrage de mémoire sur ce “Drancy du sud”. Entretien.

A 11 km de Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales, se trouve la commune de Rivesaltes, connue pour son vin doux naturel éponyme, son muscat… et son camp d’internement. En activité de 1939 à 2007, le camp militaire Joffre – de son vrai nom – a traversé les périodes sombres de la seconde partie du XXe siècle et amassé bon nombre d’indésirables dont l’Etat français ne voulait pas s’occuper.

Alors que le Premier ministre Manuel Valls inaugurera le mémorial du camp de Rivesaltes le 16 octobre prochain, nous avons interrogé Nicolas Lebourg, chercheur associé au CEPEL (CNRS-Université de Montpellier) et à l’Observatoire des radicalités politiques (Fondation Jean Jaurès), co-auteur de “Rivesaltes, le camp de la France. 1939 à nos jours” (éd. Trabucaire, 2015).

Pourquoi avoir eu l’idée d’écrire un tel livre sur le camp de Rivesaltes ?

Lire la suite

Partager cet article

Commenter cet article