Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Faut-il retirer le mot «race» des textes de loi ?

3 Octobre 2015 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Racisme

En affirmant que la France est «un pays de race blanche», Nadine Morano a relancé le débat sur ce terme qui figure dans la législation française et dont certains parlementaires réclament qu'il soit retiré. «Une mauvaise idée», selon le constitutionnaliste Didier Maus.

«Il n'y a pas de place dans la République pour la race. Et c'est pourquoi je demanderai au lendemain de la présidentielle au Parlement de supprimer le mot “race” de notre Constitution»*, avait déclaré en mars 2012 François Hollande, lors d'un meeting consacré à l'Outre-mer à Paris. Cette promesse de campagne du candidat socialiste est jusque-là restée lettre morte. Toutefois, elle pourrait bien être relancée après les propos polémiques de Nadine Morano, eurodéputée Les Républicains, qui a répété encore ce jeudi à Moscou que la France est un «pays de race blanche».

Les députés et sénateurs Front de gauche réclament que le gouvernement inscrive à l'ordre du jour du Sénat une proposition de loi sur la suppression du mot «race» dans plusieurs textes de loi: code pénal, code de procédure pénale et loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse. Ce texte avait été adopté en première lecture par l'Assemblée le 16 mai 2013. A l'époque, la majorité socialiste s'était ralliée à cette proposition de loi, co-écrite par les députés Front de gauche et les députés martiniquais, réunionnais et guyanais, soulignant qu'il s'agissait d'«une première étape».

Depuis, le texte est tombée aux oubliettes, ce que déplorent les parlementaires Front de gauche. «L'adoption par le Sénat dans les meilleurs délais d'un tel texte serait la meilleure réponse aux propos odieux de Mme Nadine Morano sur “la France, pays de la race blanche”» estiment les sénateurs du groupe Communiste républicain et citoyen (CRC).

«Ce serait paradoxal de l'enlever»

Partager cet article

Commenter cet article