Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Femmes et racismes : Vers une meilleure visibilité des problématiques et des luttes (MRAP Lyon 1-4 et Villefranche-Tarare)

18 Octobre 2015 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #MRAP expressions plurielles, #Discriminations, #Racisme

Congrès du MRAP, 10 et 11 octobre 2015- Motion (forcément pas exhaustive) proposée par le

comité de Lyon 1er /4ème et le comité de Villefranche/Tarare

Femmes et racismes :

Vers une meilleure visibilité des problématiques et des luttes

La situation complexe des femmes étrangères, immigrées ou migrantes a longtemps été une problématique non posée, une réalité invisible.

Et pourtant, les « étrangers » en France sont pour moitié des femmes. Si l’immigration était majoritairement masculine dans les années 50/60, elle s’est d’abord féminisée par le regroupement familial à partir des années 70. Aujourd’hui, presque 50% des 214 millions de migrants dans le monde sont des migrantes ! Et elles viennent aussi seules, et elles viennent aussi pour travailler.

Femmes et migrantes, elles sont exposées à un risque élevé de mauvais traitements et de violences physiques et sexuelles sur la route de l’exil parce qu’elles sont femmes.

Femmes immigrées et travailleuses, leur invisibilité les rend encore plus vulnérables à l’exploitation salariale, à des déqualifications professionnelles, à des bas salaires. Vrai pour les femmes immigrées en général mais plus encore pour les femmes étrangères en situation irrégulière car nombreuses sont celles qui subissent les politiques migratoires racistes, xénophobes et sexistes une fois arrivées en France. Qualifiées ou non, elles se retrouvent, en tant que travailleuses sans papiers, largement cantonnées à des secteurs professionnels « féminins » et « ethnicisés » : nounous, garde-malade, femmes de ménage, etc…

Femmes immigrées, migrantes dans un cadre privé ou familial, elles peuvent subir des pressions complexes sans accès aisé aux droits.

Ces femmes subissent des discriminations croisées, non seulement liée à leur origine ethnique et au racisme mais aussi au fait qu’elles sont des femmes. Et ces discriminations traduisent plusieurs formes de domination, notamment raciste, sexiste voire lesbophobe et de « classe » qui s’articulent ensemble et qui influent les unes sur les autres (cf. « FEMMES, race et classe » d’Angela Davis). La place des femmes immigrées est souvent pensée pour elles mais sans elles.

Victimes de discriminations croisées et « invisibilisées », mais ces femmes sont aussi en lutte et de plus en plus présentes dans la sphère publique comme le montrent :

- le mouvement des travailleuses sans papiers en grève : comme dans les secteurs des services à la personne qui réclamaient leur régularisation et des droits à partir de 2009 (http://katstein.wifeo.com/campagnes-des-travailleurs-ses-sans-papiers.php ), ou comme les travailleuses chinoises sans papiers en grève dans leur salon de coiffure en 2014 (http://www.femmesenlutte93.com/article-travailleuses-sans-papiers-en-geve-122569795.html ) ou encore

- l’émergence de mouvements féministes post-coloniaux dont les femmes souhaitent être actrices, à leur façon de leur libération (cf. Black feminism, féminisme africain, cf. Aminata Traore, féminisme musulman (Ismahane Chouder ;https://amnis.revues.org/593), féminisme rom (Claire Auzias) etc….)

Le MRAP doit s’emparer de ces questions complexes qui imbriquent racisme et sexisme. Il doit les décortiquer, les nommer, les rendre visibles.

Le MRAP doit également oeuvrer pour rendre visibles les luttes de ces femmes en résistance qui se battent pour leurs droits. Si le sexisme n'a pas besoin du racisme pour opérer, l’instauration de l'égalité des femmes et des hommes sera nécessairement productrice d'antiracisme.

Une première étape sera de rendre visibles ces femmes dans nos textes, nos tracts du MRAP en les féminisant : Discriminé-e-s, migrant-e-s, ils et elles ont des droits !

 

Partager cet article

Commenter cet article