Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Une « répliques » de trop (Collectif)

13 Octobre 2015 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Racisme

Considérant que les propos tenus par Georges Bensoussan, responsable éditorial du Mémorial de la Shoah, lors de l'émission Répliques, sont racistes, un groupe d'enseignants, chercheurs, et journalistes (1) demandent au Conseil Supérieur de l’Audiovisuel d'intervenir en condamnant ses propos.

 

L'émission "Répliques" a une fois de plus franchi, ce matin du samedi 10 octobre, le seuil du tolérable. On sait que, depuis des années, son philosophe-animateur Alain Finkielkraut s'échine à mettre en scène un semblant de débat démocratique, en invitant des intellectuels aux positions antagonistes. Bien qu'il ne sorte souvent pas grand-chose de ces face-à-face, certains se plaisent encore à y trouver quelques références, et l'opportunité d'un débat d'idées policé. Mais de fait, cette émission est devenue depuis longtemps l'antichambre faussement feutrée de la banalisation des idées les plus réactionnaires.

Jusqu’ici, nous nous contentions d’en regretter l’audience et la publicité. Mais lors de l’émission consacrée au « sens de la République », les propos tenus par l'un des invités, Georges Bensoussan, historien, rédacteur en chef de la Revue d'histoire de la Shoah et responsable éditorial au Mémorial de la Shoah, ont très largement dépassé le cadre de ce que le service public peut accepter en son sein.

À la 28e minute, Georges Bensoussan, souhaitant étayer son hypothèse d'un antisémitisme généralisé des populations dites « musulmanes » en France, prononce ces mots : « Aujourd'hui nous sommes en présence d'un autre peuple au sein de la nation française, qui fait régresser un certain nombre de valeurs démocratiques qui nous ont portés. (...). Il n'y aura pas d'intégration tant qu'on ne se sera pas débarrassé de cet antisémitisme atavique qui est tu, comme un secret. Il se trouve qu’un sociologue algérien, Smaïn Laacher, d’un très grand courage, vient de dire dans le film qui passera sur France 3 : "C’est une honte que de maintenir ce tabou, à savoir que dans les familles arabes, en France, et tout le monde le sait mais personne ne veut le dire, l’antisémitisme, on le tète avec le lait de la mère". » À cet instant, nous assistons en direct au glissement assumé d’un racisme culturel à un racisme biologique, condamnant au délit, sans distinction, une partie de la population française dès la naissance.

Nous souhaitons remercier vivement son interlocuteur, l'historien Patrick Weil, qui a fort opportunément répondu : « C'est une honte que vous puissiez dire une chose pareille parce que vous condamnez quatre millions de nos compatriotes », avant d’argumenter avec ténacité, malgré d’incessantes interruptions et interpellations vindicatives — il fut ainsi accusé de se livrer à un « véritable terrorisme intellectuel », de ne pas effectuer de « travail de terrain » ou de ne pas maîtriser son sujet.

Article complet :

Partager cet article

Commenter cet article