Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Manifestation anti-étrangers à Pontivy : "Ils se sont défoulés sur un passant d'origine maghrébine"

15 Novembre 2015 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Extrême-droite, #Identitaires

Par Tudi Crequer et Benjamin Bourgine, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel et France Bleu dimanche 15 novembre 2015 à 10:20

Adsav, l’extrême-droite identitaire bretonne, organisait ce samedi, un rassemblement anti-immigrations et anti-réfugiés à Pontivy (Morbihan). Des affrontements ont eu lieu avec des contre-manifestants. Une commerçante parle de scènes violentes, comme l'agression d'un homme d'origine maghrébine.

La manifestation était prévue depuis plusieurs semaines. " Ils voulaient défiler contre les migrants et les étrangers" explique Christine Le Strat, la maire de Pontivy. Le mot d'ordre a changé, beaucoup plus offensif contre les populations étrangères, et la manifestation a basculé dés le début d'après-midi. Des contre-manifestants étaient également présents, antifascistes, pour protester contre le mot d'ordre d'Adsav. Il y a eu des affrontements entre les deux groupes, et les forces de l'ordre ont été obligés d'intervenir avec des grenades lacrymogènes.

Un homme pris à parti, puis tabassé sans raison

Vendredi 13 novembre, au soir, de sanglantes attaques ont visé des lieux du vivre-ensemble : un stade, un bar, un restaurant et une salle de spectacle. Nous aurions tous pu être présent et visés sans aucune distinction. SOS Racisme souhaite à nouveau exprimer sa profonde tristesse et ses pensées aux proches des victimes.

Alors que nos concitoyens diffusent des messages de soutien aux familles des victimes mais aussi des appels à l’unité et la fraternité, l’extrême-droite diffuse et pratique la haine.

Ainsi l’extreme-droite identitaire bretonne s’est rassemblée à Pontivy contre l’immigration et les réfugiés. Ce rassemblement prévu depuis plusieurs semaines est un rassemblement de haine et de rejet. Plusieurs manifestants ont appelé au meurtre et ont créé la panique : des jeunes habitants de Pontivy s’enfuyant sur leur passage et se réfugiant chez d’autres habitants. L’extrême-droite identitaire bretonne a également commis ce jour une ratonnade dans les rues de Pontivy. Elle a attaqué un passant d’origine maghrébine sur la base de cette origine. Après les attentats de janvier et suite aux attentats de vendredi, le risque est celui de ces extrémistes qui vont tenter de s’en prendre au vivre ensemble en justifiant leur racisme hystérique par le djihadisme qui vient de frapper.

SOS Racisme appelle donc les autorités à la plus grande fermeté face à ces groupes violents qui ne rêvent pas de France mais qui rêvent de haine. Après les scènes de carnages de vendredi soir, voir l’extrême-droite identitaire créer la peur, inciter à la violence et revenir à ses habitudes de ratonnade est le pire scénario que l’on aurait pu imaginer.

Contact presse : 06. 78. 04. 74. 90

Partager cet article

Commenter cet article

militant antiraciste 15/11/2015 21:23

Je préfère rester anonyme, vu la violence dont font preuve les militants d'ADSAV. Je tiens juste à rappeler les faits, j'étais présent comme une vingtaine de personnes qui spontanément se sont rassemblées pour manifester notre opposition à cette manifestation et aux idées nauséabondes de ce groupuscule identitaire Breton.
1) Les médias ont repris rapidement le témoignage de la commerçante quant à une soit disant agression d'un passant d'origine maghrébine, : la personne violemment pris à parti n'étaient pas d'origine maghrébine

2) Voici ci-dessous le compte rendu des événements auxquels nous avons assistés :

Témoignage de quelques personnes présentes lors de la manifestation d'ADSAV de ce samedi 14 novembre.

A 14h15, un rassemblement à l'appel d'ADSAV, parti extrémiste et nationaliste Breton, comptant environ 200 personnes, a démarré sur la Place Aristide Briand. Selon la Municipalité, celui-ci a été autorisé par la Préfecture. Rapidement les slogans xénophobes et haineux se sont mêlés aux fusées, fumigènes et pétards en direction de la Sous-Préfecture pendant 15 minutes sans réactions visibles des forces de l'ordre.

Dans le même temps en haut de la place, à distance, une trentaine d'habitants de tous âges se sont réunis symboliquement et pacifiquement scandant des slogans : « Pontivy solidaire des immigrés et solidaire des sans papiers . », « Pas de fascistes ici »… Pendant ces 10 minutes, les forces de l'ordre en effectifs réduits (environ 30 policiers pour 200 manifestants violents) ne se sont pas interposées.

Les militants fascistes ont déferlés armés de fusées de détresses, de bâtons et de bombes lacrymogène vers les contre-manifestants et les passants, faisant preuve d'un déchaînement de violence aveugle en plein centre ville : rouant de coups plusieurs personnes à terre, lançant des fusées de détresse dans leur direction avec une réelle volonté d'en découdre.

Les contre-manifestants et les passants n'ont eu d'autres solutions que de se réfugier dans les commerces afin de se protéger. Les forces de l'ordre ont été dépassées par les événements et le groupe ADSAV, a tout de même pu défiler dans les rues de Pontivy.

Nous tenons à souligner l'élan de solidarité dont ont fait preuve les commerçants, accueillant et protégeant les personnes choquées et atterrées, les personnes âgées et enfants désorientés.

Nous ne pouvons que déplorer que les autorités, notamment la préfecture, aient autorisée, une telle manifestation dans un contexte d'état d'urgence, sachant la violence dont fait preuve systématiquement ce groupuscule xénophobe.

Nous dénombrons des blessés et agressions : plusieurs personnes rouées de coups à terre dont une personne brûlée par un fumigène, un jeune adolescent qui s'est fait asperger par une bombe lacrymogène à quelques centimètre du visage, une femme agressée et dénudée … Trois personnes minimum ont été évacuées par les pompiers sous protection des forces de l'ordre .

A l'heure ou nous écrivons ce communiqué, la manifestation s'est dispersée mais l'on peut craindre des nouvelles violences en soirée de la part de petits groupes alcoolisés.

Au vu des premiers comptes-rendus dans la presse, nous souhaitons apporter quelques précisions :

1) Le militant d'Adsav brûlé à la main s'est blessé lui-même en utilisant un engin explosif.
2) Il n'y a pas eu « des altercations » mais une ruée soudaine de la majorité de la manifestation d'Adsav vers des manifestants pacifiques qui n'ont eu que la possibilité de fuir sans pouvoir se défendre.
3) Nous informons les journalistes que le site internet Breizh info fait partie de la mouvance d'extrême-droite bretonne et que l'on ne peut s'y fier.