Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Gilles Clavreul, de la hiérarchisation des racismes à la diffamation. (CCIF)

14 Décembre 2015 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Racisme, #Islamophobie, #Politique française

Gilles Clavreul, de la hiérarchisation des racismes à la diffamation. (CCIF)

Gilles Clavreul, actuel délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme (DILCRA) nommé en novembre 2014, a publié hier sur son compte Facebook, une « tribune » mettant en cause des « collectifs anti-démocratiques, racistes et antisémites ».

Il indiquait alors à leur propos que :

« sous couleur de dénoncer une prétendue atteinte aux libertés fondamentales, libertés que le gouvernement protège, sous le double contrôle du parlement et de magistrats indépendants, sous couleur d'un antiracisme perverti, cette offensive vise uniquement à légitimer l'islamisme, à défendre des prédicateurs fondamentalistes et à piéger la jeunesse des quartiers dans une radicalité sans issue. »

M. Clavreul les accuse donc de ne pas défendre les idées correspondantes à leur objet, et les assimile à des relais légitimant l’extrémisme religieux et participant à la radicalisation. 

Qui peuvent donc être ces collectifs racistes, antisémites, et opposés à la démocratie, qui se battent faussement pour le respect des droits de l’Homme et font en réalité le jeu de la radicalisation et de l’islamisme ?

Interrogé sur Twitter à ce sujet, le Délégué interministériel a finalement répondu.

Il explique alors que par cette description lourdement accusatrice, il désigne « ceux qui publient des caricatures antisémites sur leur site, qui côtoient Dieudonné, qui oublient les morts de l'Hypercasher », puis il cite des noms : « PIR, FUIQP pour les plus explicites. TQ à mots couverts. le CCiF qui n'a jamais eu un mot pour les victimes de l'Hypercasher. Clair? »

On ne peut plus clair.

Outre la gravité des accusations qui sont portées à l’encontre des collectifs nommés, Gilles Clavreul avance des arguments mensongers.

Le CCIF n’aurait eu aucun mot pour les victimes de l’Hypercasher… pourtant le 27 février dernier nous publiions un article dans lequel il était écrit :

« le CCIF tient à rappeler que notre solidarité avec les victimes de l’attentat sanglant contre Charlie Hebdo, avec celles de l’attentat antisémite contre l’Hyper Casher et avec la policière froidement abattue Porte de Montrouge, ne peut qu’aller de pair avec la volonté ferme de condamner toutes tentatives de récupérations politiques qui figeraient notre République dans le « tout sécuritaire ». Par notre présence, nous affirmons notre attachement aux libertés individuelles, aux droits sociaux et aux libertés publiques. »

M.Clavreul a menti, et a même été jusqu’à dire, lorsqu’un internaute lui a fait parvenir la capture d’écran de cet article, « Dommage qu'il ne soit pas sur le site du CCiF... ».

« Dommage » surtout qu’il n’ait pas eu l’intégrité et l’honnêteté intellectuelle d’aller vérifier.

Le délégué interministériel accuse le CCIF (entre autres) d’être raciste, antisémite, et anti-démocratique. C’est bien la preuve que, comme pour la condamnation de la prise d’otage de l’Hypercasher, il ne s’est pas penché sur notre travail, sur nos publications, sur nos combats, et a préféré porter de graves accusations publiques et diffamatoires.

Gilles Clavreul ne fait que répéter ce que des officines se présentant comme des organisations antiracistes lui dictent.

De la même manière que des associations exigent à juste titre que l'on lutte contre l’antisémitisme, elles doivent appeler à lutter contre l'islamophobie.

Le CCIF se bat chaque jour pour les libertés fondamentales, et s’il est effectivement spécialisé dans la lutte contre l’islamophobie, il ne hiérarchise pour autant aucun racisme, aucune discrimination, et les condamne toutes fermement et équitablement.

Si le CCIF existe c'est pour pallier au déni de l'islamophobie, qu'illustre tristement Monsieur Gilles Clavreul, qui décidément ne fait pas honneur à ses fonctions.

Ensemble, nous sommes plus forts.

Partager cet article

Commenter cet article