Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Les médias et le Front National : indignations sélectives et banalisation effective (ACRIMED)

8 Décembre 2015 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Extrême-droite, #Front national

Depuis les élections européennes du dimanche 25 mai et la victoire du Front National, le sens et la portée des résultats ont fait l’objet d’innombrables commentaires. Mais à quelques réserves près, une seule question retiendra notre attention : dans quelle mesure et comment les médias dominants favorisent-ils le Front National, non seulement en cette occasion, mais de façon plus générale ?

I. Un rôle effectif, mais second, voire secondaire

Commençons par éliminer deux idées reçues, non pour nier d’emblée un quelconque rôle des médias dans les dynamiques politiques actuelles, mais pour aller à l’encontre de certains raccourcis en vogue, qui desservent plus qu’ils ne servent la critique des médias.

(1) Non, les médias ne sont pas les principaux responsables de la montée du Front National. Ce serait leur prêter un « pouvoir » disproportionné que d’expliquer prioritairement par leur rôle l’écho que rencontrent les « thèses et « thèmes » portés par le Front National, ainsi que ses scores électoraux. Les médias ne créent pas les mouvements d’opinion : ils peuvent les accompagner, les amplifier ou les brider. Les médias n’interviennent pas isolément : leur « pouvoir » n’existe qu’en résonnance ou en convergence avec d’autres pouvoirs, à commencer par le pouvoir politique. Enfin, ce serait faire bien peu de cas des intelligences individuelles et collectives que de penser que certaines pratiques et postures journalistiques et éditoriales, aussi répandues et critiquables soient-elles, s’imposent mécaniquement [1]. Nul besoin pour s’en convaincre de se référer aux enseignements de la sociologie de la réception (que l’on aurait tort de mésestimer) : il suffit de se souvenir de l’expérience du référendum de 2005 sur le Traité Constitutionnel Européen (TCE) pour s’en convaincre [2]. Et c’est aussi à rebours de leur condamnation médiatique que les partisans du Front National forgent leurs convictions.

(2) Non, ce n’est pas le temps de parole accordé à aux représentants de ce parti ou à la mise en discussion, en leur présence, de leurs prises de position qui est en cause, du moins tant que ce temps se tient dans les limites des résultats enregistrés lors du premier tour des élections législatives (qui, pour les partis politiques, sont le moins pire des critères pour réguler leur présence médiatique) [3] et tant que le temps de parole consacré au Front national, en présence ou non de ses représentants – nous y reviendrons – ne se focalise pas sur les sondages, les pronostics et les résultats, au détriment de toute autre discussion. Dans tous les cas, ce n’est pas en cassant le thermomètre que l’on fait tomber la fièvre. Ce n’est pas en privant le Front National d’expression démocratique que l’on combat ses tentations pour le moins anti-démocratiques. Au contraire : la sous-représentation médiatique du Front National aurait continué à alimenter sa « victimisation ».

(3) Oui, le rôle des médias est second, voire secondaire. Pour s’en convaincre il suffit de mentionner, sans prétendre proposer une analyse qui excède les limites que l’on peut assigner à la critique des médias, quelques facteurs explicatifs de l’enracinement du Front National qu’il serait incongru, pour ne pas dire dangereux, d’ignorer ou de négliger.

Cet enracinement est avant tout l’un des effets de la longue crise du capitalisme et de sa gestion néo-libérale, économiquement inefficace et socialement désastreuse, par les gouvernements qui se succèdent en France sans que les politiques changent radicalement. Cette crise, à elle seule, n’expliquerait pas la place prise par le Front National si elle ne se doublait pas d’une crise politique de la représentation par les partis dominants et d’une crise sociale qui met durement à l’épreuve les solidarités ouvrières et populaires : reflux des luttes sociales victorieuses, recul de la perspective d’une inversion des rapports de forces par des mobilisations collectives et, par conséquent, tentations du repli, qu’il soit national, identitaire ou communautaire. On comprend dès lors que la question nationale, dans sa version nationaliste, se substitue, pour de larges franges de la population, à la question sociale.

Si ce sont là les facteurs prépondérants de la place politique prise par le Front National, il n’est nul besoin de l’attribuer à la place qu’il occupe dans l’espace médiatique, voire à une « lepénisation » des médias eux-mêmes ou à une « lepénisation des esprits » dont ces médias seraient les principaux responsables.

Tout au plus, peut-on leur prêter, mais c’est déjà beaucoup et beaucoup trop, des fonctions de légitimation et d’incitation : légitimation de thèmes portés par Front National, incitation à lui faire confiance. Encore ne s’agit-il là que des tendances les plus lourdes. Sans doute, le traitement médiatique du Front National et des thèmes qu’il affectionne ne se résume-t-il pas à ces tendances : dans la presse écrite, les quotidiens et les hebdomadaires nationaux sont des médias de parti pris qui ne font pas uniformément le lit du Front National. Mais leur influence ne cesse de décliner au regard des radios et, surtout, des télévisions. Ce sont ces dernières qui sont particulièrement en cause.

 

II. La dépolitisation médiatique de la politique

Lire la suite

Partager cet article

Commenter cet article