Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

En matière de crimes de masse, expliquer n'est pas excuser (Nicolas Lebourg)

12 Janvier 2016 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Histoire, #"Gauche" décomplexée

Manuel Valls a tort quand il affirme qu'«expliquer, c'est déjà vouloir un peu excuser».

Lors d'une cérémonie d'hommage aux victimes de l'attaque terroriste antisémite de l'Hyper Cacher, le week-end dernier, le Premier ministre Manuel Valls a déclaré que «pour ces ennemis qui s'en prennent à leurs compatriotes, qui déchirent ce contrat qui nous unit, il ne peut y avoir aucune explication qui vaille. Car expliquer, c'est déjà vouloir un peu excuser».

L'idée qu'il ne faudrait pas comprendre va bien sûr à rebours des valeurs tant de l'humanisme que de la recherche en sciences humaines et sociales. Casser le passé et le présent en morceaux inintelligibles ne saurait être un projet pour des citoyens agissant en toute rationalité. C'est donc dans le domaine de la puissance de l’irrationnel que se situe cette injonction –ainsi que dans un climat anti-intellectualiste assez prégnant, y compris chez les agitateurs médiatiques ayant une opinion sur tout plutôt qu'une analyse sur un point travaillé.

La forme structurante de cette conception d'un refus de l'explication remonte peut-être aux années 1980 et 1990, lorsque le réalisateur Claude Lanzmann affirmait force fois qu'il y aurait une «obscénité absolue» à vouloir expliquer la Shoah, radicalisant un point de vue qui s'était formé à la fin des années 1960 quant au caractère «incomparable» de celle-ci dans l'histoire. Or, comprendre, comparer, analyser est, par définition, le travail même des sciences humaines et sociales.

Elles ne sauraient accepter un devoir d'incompréhension, totalement contraire à la tradition des Lumières, quoique prétendant régenter la pensée en son nom. Car si le principe d'une impossibilité ontologique à «comprendre» et à «donner sens» aux crimes de masse est certes une chose, le refus de les introduire dans les champ des objets à analyser ne peut prétendre à une assise rationnelle. Il n'y a que la religion qui prône que certaines réalités soient inaccessibles car divines, mais le massacre est une réalité tout ce qu'il y a de plus humaine.

Consigner «avec clarté et précision»

Lire la suite

Partager cet article

Commenter cet article