Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Le Népal, huit mois après (CCFD)

17 Janvier 2016 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Asie et Océanie, #Népal

En avril et mai 2015, Le Népal connait deux secousses sismiques. Des milliers de morts, des millions de sans-abris et huit mois après, la situation est loin de s’améliorer.

« La réalité, aujourd’hui, c’est que les gens vivent encore sous des toiles plastiques alors que l’hiver est là et qu’ils n’ont rien pour se chauffer ni à manger », déplore Balram Bansokta, le secrétaire général adjoint de la Fédération des paysans népalais, une organisation membre de La Via Campesina, partenaire du CCFD-Terre Solidaire.

Huit mois après les deux tremblement de terre qui, les 25 avril et le 12 mai 2015, ont ravagé [1] une bonne partie du pays, la situation reste en effet plus que préoccupante dans les régions concernées – quatorze districts sur les soixante-quinze que compte le Népal – où, selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies, près de 60 000 personnes sont toujours dans des camps d’accueil pendant que « 400 000 autres vivant en altitude ont besoin d’un abri et d’équipements ».

« Nous avons envoyés nos volontaires sur place, pour aider au déblayage, distribuer des semences, apporter une aide médicale et nous nous sommes engagés, avec l’appui du CCFD-Terre Solidaire, dans la construction d’abris temporaires. Nous avons aussi organisé des espaces où les gens peuvent venir nous trouver », continue Balram. « Mais il y a beaucoup à faire et la population est encore traumatisée. De nombreuses familles ont été disloquées, des personnes se retrouvent seules et ne savent plus quoi faire. »

Une détresse dont profitent hélas quelques individus mal intentionnés. « Certains débarquent dans les villages et appâtent les jeunes femmes isolées qui n’ont plus rien ni personne en leur promettant monts et merveilles à l’étranger. À Bombay, en Inde, dans les pays du Golfe, en Malaisie. En général, celles qui partent se retrouvent dans le milieu de la prostitution ».

D’autant plus énormes qu’à cette catastrophe naturelle de grande ampleur s’ajoute une crise politique avec son voisin indien.

lire la suite

Partager cet article

Commenter cet article