Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Recadrage suite aux attaques lancées contre le CCIF (CCIF)

25 Janvier 2016 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Islamophobie

Recadrage suite aux attaques lancées contre le CCIF (CCIF)

Face aux attaques que subit notre organisation depuis les propos tenus par Manuel Valls, parfois par des personnes qui méconnaissent notre travail, un recadrage s’impose.

  • Qui est le CCIF ?

Le Collectif Contre l’Islamophobie en France est une association de défense des droits de l’homme (ADDH) fondée en 2000, dont la mission est de combattre l’islamophobie depuis 2003. 

  • Qu’est-ce que l’islamophobie ?

Définie comme “L’ensemble des actes de discrimination ou de violence contre des institutions ou des individus en raison de leur appartenance, réelle ou supposée, à l’islam”, cette dernière n’a fait qu’augmenter depuis le début des années 2000.

  • « Islamophobie » ou « actes antimusulmans »?

Le terme “islamophobie”, souvent discuté, remonte au début du XXème siècle et a été utilisé pour la première fois par des administrateurs-ethnologues français spécialisés dans les études de l’islam ouest-africain ou sénégalais : Alain Quellien, Maurice Delafosse et Paul Marty.

Le débat sémantique autour du concept  parait dépassé : il est de fait largement utilisé dans la sphère politique et médiatique, il est celui que les premiers concernés ont choisi pour définir la forme d’intolérance et de racisme dont ils sont la cible et a été reconnu en France, notamment par la CNCDH1. Par ailleurs, le concept d’islamophobie a été entériné par les institutions internationales234 depuis maintenant des années.

Il reste néanmoins quelques polémistes qui nourrissent, s’agissant spécifiquement de ce qui touche aux musulmans, une fascination toute particulière pour la sémantique et la linguistique, autour du mot « islamophobie ».

Certains prétendent que le concept d’islamophobie aurait été une invention des mollahs intégristes iraniens, ou encore que le terme interdirait toute critique de l’islam. Des chercheurs du CNRS ont montré à quel point de telles idées sont fausses et parfois très révélatrices de ceux qui les diffusent5.

Chacun pourra également constater qu’en France, les unes de journaux, les prises de position, les reportages et les livres sur l’Islam constituent une constante production, sans qu’à aucun moment la liberté de critiquer l’Islam en tant que religion ne soit remise en cause. 

Le CCIF, malgré sa condamnation sur le fond des idées, n’a jamais porté plainte contre des journaux satiriques, qui se targuaient d’insulter la religion musulmane, notamment à travers son prophète. Cela est en parfaite cohérence avec la définition stricte de l’islamophobie que nous utilisons.

En fait, le débat sémantique occulte la réalité du racisme exprimé envers les musulmans. Il arrive de manière récurrente d’entendre que le terme “islamophobie” pose problème car on aurait « le droit d’avoir peur de l’islam », ou lorsque cette peur irrationnelle mène à la discrimination, aux messages de haine, à la violence et aux dégradations ou profanations. En niant le concept, certains ont cru qu’ils pourraient occulter la réalité qu’il recouvre.

Cela pose un sérieux problème quant à la normalisation de  l’islamophobie, lorsqu’on voit des personnalités revendiquer leur choix d’être islamophobes, comme d’autres pourraient assumer publiquement d’être xénophobes, racistes ou antisémites.

  • La réalité de l’islamophobie

Au-delà des débats sémantiques, que l’on choisisse de parler d’islamophobie ou de racisme anti-musulman, il faudrait enfin joindre la parole aux actes et agir pour juguler ce phénomène. Or rien de décisif n’a été mis en place pour lutter efficacement contre l’islamophobie et, pendant que le débat public se focalise sur la sémantique, le phénomène continue de croître et de s’aggraver.

À titre d’exemple de ce processus de déshumanisation des victimes d’islamophobie, presque plus personne ne s’émeut lorsque des femmes de confession musulmane se retrouvent discriminées au travail ou lorsqu’elles sont agressées. On se permet même de cultiver la suspicion à leur égard pour ne pas accepter qu’elles puissent être victimes. L’exemple des deux jeunes femmes agressées à Argenteuil, dont l’une avait perdu son bébé est éloquent. Les condamnations politiques et médiatiques sont rares voire inexistantes. La parole des victimes est même mise en cause. Une chroniqueuse radio s’est même permis d’inventer une version invalidant la thèse de l’agression islamophobe pour  la plus jeune de ces victimes. Ce qui lui coûtera des poursuites en justice, une condamnation en première instance dont elle fera appel, et un désaveu public par une grande émission de fin de semaine6.

L’islamophobie, ce sont aussi les humiliations infligées à des écoliers après les attentats de Janvier 2015. Le petit Ahmed, un enfant de 8 ans qui avait été secoué par son instituteur, puis entendu au commissariat pour apologie de terrorisme n’avait pas ému grand monde. Le personnel de l’école avait même reçu le soutien de la classe politique et de son ministre de tutelle. Le tort d’Ahmed? Avoir dit “je ne suis pas Charlie, il a insulté mon prophète.

Le CCIF a été saisi cette année par plusieurs autres familles, dont les enfants avaient été humiliés et parfois violentés par leurs instituteurs, toujours dans l’indifférence. Pendant l’année scolaire 2015, on a également assisté à une multiplication des signalements en rapport avec les jupes longues des collégiennes/lycéennes musulmanes, jugées ostentatoires : des dizaines de jeunes filles se sont retrouvées suspendues pour port de jupe longue78, sans que ceux qui participent au débat sur le terme “islamophobie” ou qui, par ailleurs, se revendiquent comme antiracistes, n’y trouvent à redire. Sur tous ces cas, le CCIF a dû intervenir pour procéder à des rappels de la loi et à des médiations.

Le silence sur ces réalités de terrain est d’autant plus assourdissant lorsqu'étude après étude, on démontre les discriminations systémiques dont les citoyens de confession musulmane font l’objet.

  • Pourquoi le CCIF?

La genèse du CCIF répond à une absence et à un déni. Le CCIF s’est constitué parce que les organisations antiracistes traditionnelles n’ont pas reconnu la réalité et les mécanismes de l’islamophobie. Les victimes, en premier lieu les femmes de confession musulmane portant un foulard, n’ont pas été aidées et, dans le même temps, les déclarations islamophobes devenaient de plus en plus assumées dans l’espace politique et médiatique de notre pays, sans être contredites. C’est pour combler cette situation que le CCIF a été créé en 2003.

  • A quel courant appartient le CCIF?

Le CCIF n’appartient à aucun courant politique, religieux ou idéologique. Sa mission est clairement définie dans ses statuts et il agit en conformité avec ces principes depuis sa création. Aucune accusation d’appartenance à un courant religieux ou politique quel qu’il soit n’est fondée.

Le CCIF est à l’image de la diversité socio-économique, ethnoculturelle, religieuse et politique de ses adhérents et sympathisants, qui représentent toute la richesse de notre société, lorsqu’elle s’unit contre toutes les formes de racisme. Les salariés, bénévoles et soutiens du CCIF sont donc le fruit de cette diversité.

Nous accuser d’être « proche des frères musulmans » ou « proche des salafis » (en oubliant au passage que ces courants sont par ailleurs très différents et souvent divergents) relève au mieux du procès d’intention, au pire de la constante volonté de jeter la suspicion sur toutes les organisations qui ne s’alignent pas idéologiquement sur l’agenda politique liberticide du moment.

Le CCIF dialogue et travaille avec toutes les institutions ou personnes de bonne volonté, qui reconnaissent la réalité de l’islamophobie. Notre association intervient tout au long de l’année dans des associations, des conférences, des instances nationales, internationales, des universités, des mosquées, aux côtés de personnes ayant toutes des opinions politiques et/ou religieuses très différentes, toujours dans le respect et sans nécessairement partager les mêmes positions.

La disqualification par capillarité est un procédé que nous rejetons en bloc. Nous échangeons et débattons continuellement, sur des plateaux télévisés comme lors de rencontres publiques, avec des gens de toutes sensibilités, sans nécessairement adhérer à leurs propos ou à leurs idées, et réciproquement. C’est le sens même du dialogue citoyen.

Ces accusations récurrentes proviennent des mêmes personnes, des mêmes cercles idéologiques et sont relayées par les mêmes médias, que le CCIF a fait condamner pour diffamation à chaque fois qu’il l’a jugé nécessaire9. Dans ces médias pour lesquels l’idéologie a depuis longtemps pris le pas sur le journalisme, le CCIF est cycliquement accusé de tout et n’importe quoi, sans pour autant être invité pour y répondre. Cette mise en cause et cette suspicion permanentes visent à bâillonner les porte-voix des victimes d’actes antimusulmans, et de ce fait nier la réalité d’un fait social alors même que le CCIF agit en toute transparence, participe toujours constructivement aux débats et ouvre régulièrement ses portes aux responsables politiques, aux journalistes1011, chercheurs et intellectuels.

  • Le CCIF est-il une association musulmane?

Le CCIF n’est pas une association cultuelle ou culturelle et n’a pas vocation à le devenir. Le CCIF ne demande pas à ses adhérents à quelle confession ils appartiennent ni leurs choix idéologiques. C’est cette neutralité qui garantit à chacun le droit d’adhérer ou de prendre part au travail du CCIF, sans considération pour leur confession. Le CCIF, en tant qu’association, n’a pas de positions religieuses, sur les signes confessionnels comme sur d’autres sujets.

  • Qui finance le CCIF?

Les financements du CCIF proviennent de ses adhérents, donateurs et mécènes qui soutiennent son travail. Des campagnes de don sont régulièrement lancées pour financer des projets, ou des recrutements, comme ce fut le cas récemment, avec deux juristes supplémentaires, embauchés pour faire face à l’état d’urgence.

Le CCIF ne reçoit aucune subvention de l’Etat. Ce choix est la garantie de notre indépendance, ce qui n’est guère le cas de certains de nos détracteurs.

Au niveau européen, le CCIF a reçu en 2013 le soutien financier de la Commission Européenne, dans le cadre de la mise en place d’un projet de collecte des données sur les actes islamophobes, dans huit pays européens, conjointement mené avec d’autres associations. 

  • Le CCIF reçoit il des financements étrangers?

Non. Aucun pays étranger, ni le Qatar ni un autre, ne finance le CCIF. Les accusations de cette nature sont infondées. Depuis la création du CCIF jusqu’à aujourd’hui, nous avons maintenu la même ligne de conduite d’indépendance vis-à-vis des gouvernements et des Etats, afin de poursuivre notre travail sereinement.

  • Pourquoi les chiffres du CCIF sur l’islamophobie diffèrent de ceux du Ministère de l’Intérieur?

Les rapports annuels du CCIF sont rédigés et rendus publics chaque année sur notre site. Ils reposent sur une collecte de données qui provient directement des dossiers constitués avec les victimes. Tous les appels reçus par le CCIF n’aboutissent pas à une ouverture de dossier pour des actes islamophobes. A titre d’exemple, le CCIF a reçu 2536 sollicitations pour l’année 2015 mais n’a comptabilisé “que” 905 actes, pour lesquels un marqueur islamophobe a été saisi dans notre banque de données.

Là où le Ministère de l’Intérieur ne comptabilise que les plaintes et mains courantes pour menaces et actions (exit les discriminations, les contentieux administratifs…) le CCIF recense également les actes qui n’aboutissent pas nécessairement à une plainte ou main courante (discriminations, cas résolus par médiation ou autres), mais qui font l’objet d’une soigneuse vérification par nos équipes. Il est donc structurellement logique que nos statistiques soient numériquement plus élevées que celles du ministère de l’intérieur, puisqu’elles incluent, en plus, des actes que les services de police n’ont pas reçus.

Ces statistiques ne sont donc pas opposées, mais complémentaires, puisqu’elles couvrent des réalités différentes du fait islamophobe.

Le phénomène de “sous-report” n’est pas propre aux actes islamophobes. A titre indicatif, l’agence des droits fondamentaux, dans son étude sur les violences et discriminations racistes en Europe, indique que seules 18% des victimes de tels actes (toutes formes de racismes confondues) ont déclaré l’incident, aux autorités ou aux associations.

D’un autre côté, il est à noter que les victimes font régulièrement face à des refus de voir leurs plaintes enregistrées dans certains commissariats. Le Ministre de l’Intérieur avait d’ailleurs rappelé son personnel à l’ordre sur leur obligation d’enregistrer les plaintes pour infraction. D’une part, pour que les victimes puissent faire valoir leurs droits, d’autre part, pour mieux comptabiliser les actes.

  • Les chiffres du CCIF sont-ils fiables?

Les statistiques du CCIF sont une référence au niveau européen et ont été utilisées et/ou validées par des institutions auprès desquelles il est un contributeur régulier. Le Conseil de l’Europe se base sur nos chiffres dans son rapport (en complément de ceux du ministère de l’intérieur), l’Agence des Droits Fondamentaux (FRA) nous invite régulièrement à contribuer et à la conseiller pour ses projets, , l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) valide et publie nos statistiques sur les crimes de haine chaque année et l’ONU reconnait la qualité de notre travail, puisque le CCIF détient depuis 2011 le Statut Spécial Consultatif, au sein du Conseil Economique et Social (ECOSOC).

La méthodologie du CCIF a été exportée dans sept pays européens pour établir, avec le soutien de la Commission Européenne, une plateforme statistique contre l’islamophobie (Allemagne, Pays Bas, Royaume Uni, Belgique, Suède, Italie, Espagne). Notre approche fait aussi référence et est soutenue par le réseau européen contre le racisme ENAR. A ce titre, nous avons régulièrement contribué, par notre expertise, à aider et conseiller les organisations européennes actives contre toutes les formes d’intolérance : racisme, antisémitisme, racisme anti-Roms, etc.

Au niveau national, le CCIF jouit de la même reconnaissance, au sein des communautés universitaires comme au sein du tissu associatif.

Du point de vue institutionnel, le CCIF est régulièrement auditionné par la CNCDH et contribue, par le biais de rapports et de notes, à informer le travail des hauts fonctionnaires sur les questions de discrimination. Notre équipe juridique collabore également avec le Défenseur des Droits. Au niveau gouvernemental, le CCIF fait partie des organisations incluses par le ministère de l’intérieur dans l’instance de dialogue sur l’islam de France sur le sujet de la lutte contre l’islamophobie.  Nous travaillons également avec les équipes d’autres ministères.

Sur le plan du droit, le CCIF a contribué à préserver les droits les femmes dans l’accès à l’éducation, la formation, l’emploi, les loisirs, l’accompagnement scolaire, et aussi le droit à sécurité au travers de décisions de justice importantes.

Le CCIF est totalement transparent sur sa méthodologie de collecte d’informations, régulièrement explicitées lors de conférences universitaires ou dans la presse. Notre équipe a par ailleurs répondu aux accusations fallacieuses portées par les habituels polémistes qui tentent de mettre en cause notre travail1213.

Il est tout de même intéressant de noter que ce zèle et cette volonté de scruter et de mettre en cause tous les aspects de ce travail (sémantique, coopération, discours, méthodologie, etc.) ne s’applique qu’à la lutte contre l’islamophobie, et émane le plus souvent de personnes sans la moindre expertise dans les domaines précités.

Il serait inimaginable de parler d’économie, de droit ou même de statistiques avec des personnes qui n’en ont pas la compétence. Mais lorsqu’il s’agit de statistiques liées à l’islamophobie, de sociologie ou des questions liées aux citoyens de confession musulmane, n’importe quel spécialiste auto-proclamé peut parler et être écouté, relayé et occuper les plateaux télé, sans que personne ne pose la question de la légitimité de ces personnes, souvent au mépris et en l’absence des premiers intéressés.

Le niveau du débat intellectuel en France fait qu’on peut avancer n’importe quelle thèse sur les musulmans, leur religion, leur place dans la société, ce qu’ils pensent et ce qu’ils veulent sans pour autant que la parole soit donnée aux premiers concernés.

  • Le CCIF est-il contre la laïcité?

C’est parce que la laïcité, dans la lettre et l’esprit de la loi du 9 décembre 1905 portant séparation des Eglises et de l’Etat, a été dévoyée que le CCIF agit contre son instrumentalisation à des fins d’exclusion aux dépens de la cohésion sociale et nationale. Depuis la fin des années 80, la laïcité est prise en otage par les mêmes groupes qui ont milité pour l’exclusion des jeunes filles voilées des écoles et est constamment convoquée pour réduire toujours plus la visibilité religieuse en général, et la visibilité musulmane en particulier, dans l’espace public.

La laïcité est un principe d’organisation politique qui tend à séparer l’Etat et la religion, à garantir la liberté de conscience et de culte, comme l’énonce dès son premier article la loi de 1905. Aristide Briand qualifiait cette législation de « loi de liberté », et c’est effectivement la vision qui l’a emporté à l’époque. Ce principe sert aujourd’hui de paravent à ceux qui veulent assigner à une place prédéfinie leurs concitoyens de confession musulmane, leur confisquant ainsi leur libre-arbitre : le choix de leur vie, de leurs convictions, de leur destinée. Ils veulent discipliner leurs corps et leurs esprits.  

La brutalité et la violence des attaques médiatiques contre l’Observatoire de la laïcité est très révélateur de ces postures, le plus souvent déconnectées des réalités de terrain. 

Ceux qui ont un problème avec la laïcité sont ceux qui repoussent sans cesse les limites fixées par la loi de 1905 au détriment du droit, au point de confondre délibérément usagers et agents du service public, et de plébisciter régulièrement l’extension de la neutralité religieuse pour éradiquer le religieux. La laïcité est devenue pour certains un instrument de neutralisation du religieux.

  • Pourquoi le CCIF a-t-il tant de détracteurs?

Ils ne sont en fait qu’un groupe très circonscrit, une minorité très agissante sur Internet qui se perd en agitations et en  polémiques stériles. Ils occupent un espace médiatique qui leur est devenu existentiel, sans rarement être mis en cause, malgré leur disqualification sur le plan professionnel au sein du journalisme ou dans le monde académique. 

Il y a par contre une convergence d’intérêts relativement inquiétante, entre les partisans d’une laïcité d’exclusion, se revendiquant par ailleurs progressistes et/ou de Gauche (notamment les revenants du Haut Conseil à l’Intégration (HCI) – démantelé depuis) et une poignée de polémistes gravitant autour de groupes réactionnaires, identitaires ou d’extrême Droite. Les arguments et les méthodes sont les mêmes, les relais médiatiques aussi, démontrant une fois de plus la porosité des frontières politiques aux idées les plus intolérantes. Les débats sur l’islamophobie, la laïcité ou, plus récemment, la déchéance de nationalité, n’en sont que des illustrations.

  • Le CCIF verse-t-il dans le “chantage” à l’islamophobie pour censurer ou influencer le débat public?

L’Islam et les musulmans sont au centre des débats publics depuis une vingtaine d’années. Il suffit de voir les unes de quotidiens hebdomadaires, débats télé, radio, essais, romans, et la panoplie d’écrits à charge pour se rendre compte qu’il n’y a absolument pas de censure ni de retenue et encore moins d’éthique lorsqu’on parle de ces sujets.

A titre d’information, le CCIF n’a jamais demandé la censure d’un média, d’un livre ou d’un propos (sauf naturellement s’il excède les limites fixées par la loi). Cette accusation est donc sans fondement. Le CCIF fait simplement valoir ses droits quand il est attaqué. Ces détracteurs, qui sont dans la toute - puissance parce qu’ils jouissent d’une impunité sociale et médiatique, ne sont guère habitués à la résistance, coutumiers des assauts contre les groupes les plus vulnérables.

  • Le CCIF est-il « controversé »?

De manière générale, le mot « controversé » devrait être évité dans le langage journalistique. Il n’indique aucune réalité factuelle et permet, à moindre frais, de jeter la suspicion sur ceux que l’on désigne. Ce qualificatif est pourtant récurrent dans l’expression de certains de nos détracteurs et de ceux qui leur offrent une tribune.  

A défaut de porter une critique crédible à l’égard du CCIF, certains se rabattent sur la suspicion et la mise en doute de notre association. C’est une bien triste forme de capitulation argumentaire.

Par sa dénonciation de la réalité du racisme dans notre pays, par son indépendance de fonctionnement, par sa légitimité, sur le terrain comme au niveau international, par sa capacité de communication et de mobilisation, le CCIF pose problème à un certain nombre de responsables politiques et de personnalités médiatiques qui ont contribué à produire ou à légitimer la situation que nous dénonçons.

Ce choix est assumé et, pour les défenseurs de l’égalité, les accusations dont le CCIF fait l’objet sont au contraire un signe extrêmement clair et encourageant, quant à la justesse et à la pertinence de son combat.

Le CCIF continuera à travailler et à tendre la main à toutes celles et ceux qui partagent l’espérance d’une société plus juste et d’une lutte commune contre toutes les formes de racisme, y compris contre l’islamophobie.

  • Le CCIF est-il une organisation communautariste?

Le CCIF n’a pas vocation à être une organisation communautaire. Sa mission est de combattre l’islamophobie et cela se fait avec l’ensemble des acteurs soucieux de lutter contre toutes les formes de racisme et, plus largement, contre les injustices sociales, en protégeant l’état de droit et en agissant pour le vivre ensemble, au-delà des déclarations et des postures politiques.

Cette volonté d’agir dans l’intérêt commun, pour la protection de l’Etat de Droit et la fin des dérives sécuritaires, explique que le CCIF soit signataire de deux tribunes contre l’état d’urgence et la déchéance de nationalité, à savoir « Nous ne cèderons pas », initiée par la Ligue des Droits de l’Homme, et « Stop Etat d’Urgence », lancée par diverses organisation progressistes.

Le CCIF est aussi signataire de la tribune #NousSommesUnis lancée la nuit même des attentats de novembre, afin de réaffirmer l’unité républicaine et de refuser les appels à la division. Il est aussi membre du collectif qui a matérialisé cette tribune par une série d’actions à l’échelle locale.

Le CCIF est donc solidaire de ces trois initiatives, aux côtés de plus de deux cents autres organisations et personnalités. Pour la tribune #NousSommesUnis, ce sont plus de 15000 citoyens qui l’ont signée, dont de nombreux adhérents du CCIF.

Quant à la volonté d’intimider les signataires de #NousSommesUnis, à qui le Premier Ministre Valls, ainsi que des défenseurs prétendus de la laïcité (aux côtés d’islamophobes assumés), reprochent d’avoir signé aux côtés d’organisations qui ont le tort de ne pas partager leurs vues...elle est vouée à l'échec, car justement nous sommes unis autour de valeurs communes. 

Curieuse conception du « vivre ensemble » et de la liberté d’expression si souvent invoqués, que de vouloir bannir et rendre indésirables ceux qui justement, par leurs actes et par leurs solidarités, ont choisi de dire que face à la violence, la France est unie.

Il est non moins inquiétant de voir que ceux que l’on veut stigmatiser dans le débat public aujourd’hui, ne sont en fait pas les fabricants d’armes qui équipent les dictateurs dont nous comptons les morts chaque jour, ni mêmes les responsables politiques qui honorent ces dirigeants aux mains ensanglantées… mais de simples défenseurs des droits humains et des libertés fondamentales les plus élémentaires.

Le CCIF continuera sereinement et avec détermination son travail, au service des victimes de racisme et pour la préservation de nos libertés communes, sans jamais se laisser intimider.

  • Sources

[1] http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/144000199/0000.pdf

[2] http://www.osce.org/odihr/84495

[3] http://unesdoc.unesco.org/images/0021/002152/215299e.pdf

[4] http://ap.ohchr.org/documents/E/HRC/resolutions/A_HRC_RES_7_19.pdf

[5] http://rue89.nouvelobs.com/2013/08/04/islamophobie-entretien-marwan-mohammed-244734

[6] https://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/010515/caroline-fourest-le-mensonge-de-trop  

[7] http://www.islamophobie.net/articles/2015/06/24/jupe-longue-college-garrigues-islamophobie

[8] http://www.nytimes.com/2015/04/30/world/europe/french-school-teenagers-skirt-illegal-display-religion.html?smid=tw-share&_r=0

[9] http://www.islamophobie.net/articles/2015/12/15/condamnation-du-figaro-apres-une-plainte-du-ccif

[10] https://www.facebook.com/192210704127791/videos/1244397185575799/?video_source=pages_finch_thumbnail_video&theater

[11] https://www.mediapart.fr/journal/france/201115/la-hot-line-du-collectif-anti-islamophobie-en-surchauffe

[12] http://www.islamophobie.net/articles/2015/07/07/Islamophobie%20contre-enqu%C3%AAte%20CCIF%20Repond

[13]http://www.islamophobie.net/articles/2015/07/03/Le%20Figaro%20Launches%20concerted%20attack%20with%20SOS%20racism%20the%20american%20jewish%20congress%20the%20CRIF%20against%20the%20CCIF

 

Partager cet article

Commenter cet article