Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Agressions sexuelles de Cologne : quand le mythe du violeur musulman sert l’agenda néo-nazi

16 Février 2016 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Islamophobie, #Allemagne, #Europe, #Extrême-droite

Les mythes sinistres sur les agressions sexuelles à Cologne ont connu un net regain d’intérêt la semaine dernière quand une journaliste de télévision a été attaquée alors qu’elle était à l’antenne. Esmeralda Labye, une journaliste de Belgique, couvrait le carnaval annuel de la ville allemande lorsque trois hommes ont de manière diverse touché ses seins, l’ont embrassée et ont simulé des rapports sexuels dans son dos.

Cela fait suite aux plaintes pour de multiples crimes sexuels sur des femmes autour des festivités du nouvel an dans la ville, crimes pour lesquels les réfugiés ont été tenus responsables. Cela a permis aux théoriciens du complot d’exposer leurs fantasmes les plus crûment racistes, peignant un tableau de musulmans démoniaques à la peau brune qui fuient les zones de guerre pour souiller la féminité blanche européenne. Pas besoin de procès : les maraudeurs sauvages avaient tout prévu sur Internet et étaient tous coupables sans procès.

Cette fois, cependant, le caméraman de Labye a capturé la vérité absolue : les images montrent des hommes blancs européens issus de l’Allemagne à majorité chrétienne, molester la journaliste. Cologne était pleine d’ivrognes de type caucasien [blancs] agissant avec le même genre d’abandon de soi machiste qui contribue au fait qu’environ un demi-million d’adultes sont chaque année agressées sexuellement en Angleterre et au Pays de Galles.

Après les événements du nouvel an, une commentatrice a spécifiquement désigné comme coupables des « jeunes d’Afghanistan et de Syrie » incultes, élargissant la menace mondiale à celle posée par « plusieurs centaines de milliers de jeunes hommes musulmans ». Plus ambitieux encore, toute l’affaire de Cologne a été liée au Brexit [abréviation de « British Exit » qui désigne l’hypothèse d’une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, Ndt], comme nous l’a appris un journal : « Le référendum sur l’UE ne porte sur rien de moins que la sûreté et la sécurité des femmes britanniques – et cela signifie que nous devons sortir de l’Europe ».

Vendredi, le procureur de Cologne, Ulrich Bremer, m’a dit qu’en réalité parmi les 59 suspects repérés jusqu’à présent, seuls 4 sont originaires de pays ravagés par la guerre (Syrie et Irak), et 14 seulement sont en détention, personne n’ayant encore été inculpé. Près de 600 heures d’images de vidéosurveillance n’apportent que peu d’éléments, et il n’y a aucune preuve que les attaques présumées aient été planifiées à l’avance.

La construction de l’image du réfugié-violeur est le type même d’image qui a été utilisée pour diaboliser des populations à travers l’histoire. L’idée est d’appliquer des caractéristiques effrayantes à celles et ceux que vous considérez comme des ennemi-e-s politiques. Dans les années 1930, les juifs de Cologne ont été décrits comme des « Untermenschen » (êtres inférieurs) menaçant la culture européenne, avant que 11 000 ne soient tués pendant le judéocide nazi par des aryens de « race pure », dont beaucoup de buveurs de bière chrétiens.

lire la suite

Partager cet article

Commenter cet article