Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

L’islamophobie, hier et aujourd’hui

29 Février 2016 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Islamophobie

Tout a commencé, allais-je écrire, avec les attentats du 11 septembr – par « tout » j’entends ici la représentation caricaturale, infériorisante, diabolisante du monde « islamique » et des immigrés qui en proviennent. Mais cela n’aurait pas été vrai : à cette date, la partition anti-islamique qui depuis accompagne sans cesse nos journées avait déjà été composée. Tout a commencé en 1990-1991, lorsque l’Irak de Saddam Hussein avait osé annexer de nouveau son ancienne province du Koweït et avait été puni par des armes de destruction massive. Non, ce n’est pas cela non plus. Mais alors quand ? Tout a commencé lorsque la « révolution islamique » de 1979 a renversé le Shah de Perse. Toujours pas. Tout a commencé le 1er Juin 1972, quand l’Irak baathiste a nationalisé le pétrole et formulé le blasphème « le pétrole arabe aux Arabes ». Quelle courte mémoire, pourrait-on me reprocher à bon droit. Tout a commencé à Bagdad le 14 juillet 1958, quand une insurrection populaire a détrôné la louche monarchie hachémite, qui avait le soin des intérêts britanniques en Mésopotamie. Mais les renvois ne sauraient s’arrêter ici. Nous devrions en effet remonter bien loin dans l’espace et le temps et dépasser jusqu’aux modes de production. Nous pourrions peut-être nous arrêter définitivement une fois arrivés il y a mille ans, et seulement là, au Haut Moyen Âge, en l’an de grâce 1095, au vibrant appel exterminatoire du béat moine de Châtillon sur Marne, Urbain II, contre les Turcs, les musulmans par antonomase de l’époque :

«  Je vous exhorte – proclame-t-il – […] non moi, mais le Seigneur, pour qu’en tous, de toute classe sociale, chevaliers ou écuyers, riches ou pauvres […], vous les hérauts du Christ, vous instilliez la persuasion qu’ils œuvrent afin d’exterminer de nos régions [c’est-à-dire la Palestine] cette engeance néfaste. […] À tous ceux qui iront là-bas, s’ils perdent la vie en voyage ou en mer, ou bien en bataille contre les païens, sera accordée la rémission immédiate de leurs péchés : investi par Dieu d’un si grand don, je l’accorde à tous ceux qui s’apprêtent à partir. »

Mais pour autant qu’une telle généalogie des conflits actuels avec la gent musulmane puisse captiver, son piège caché est de passer outre les déterminations historiques spécifiques, de faire une histoire paradoxalement anhistorique, voire anti-historique.

Lire la suite

Partager cet article

Commenter cet article