Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Les cinq laïcités de Manuel Valls ou comment transformer un concept juridique en ressource de pouvoir personnel ? (Vincent Geisser)

2 Février 2016 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Islamophobie, #Laïcité, #"Gauche" décomplexée

Décidément, la laïcité semble être un concept à géométrie variable. Le premier ministre Manuel Valls qui n’a pas hésité à user de son pouvoir de premier ministre pour faire un pression sur l’organisation indépendante de l’Observatoire de la laïcité, présidée par jean-louis Bianco. Valls vs Bianco, le chercheur Vincent Geisser vient arbitrer le match et rappeler à Manuel Valls ces manipulations politiques de la laïcité.

La controverse publique entre le premier ministre, Manuel Valls, et le président de l’Observatoire de la laïcité, Jean-Louis Bianco, est souvent présentée comme un conflit idéologique opposant deux conceptions : le premier censé être le gardien de l’orthodoxie laïque, le second partisan d’une certaine adaptation du cadre légal à la réalité plurireligieuse de la France du XXIe siècle. S’il est vrai que M. Valls a toujours fait de la laïcité son cheval de bataille politique au point d’être taxé par ses détracteurs de
« laïciste » ou de « laïcard », son rapport à la question révèle, en réalité, un véritable pragmatisme soucieux de coller à l’air du temps. Pour M. Valls, la laïcité apparait moins comme une valeur refuge ou un concept juridique que comme une ressource politique et électorale.

A trop vouloir rendre compte des débats « à chaud », on a parfois tendance à reproduire la narration des acteurs et à considérer leurs argumentaires comme des explications. Pour preuve, Manuel Valls a réussi à imposer en quelques années une image publique de « défenseur inconditionnel de la laïcité » face aux attaques répétées des partisans du communautarisme et du multiculturalisme [1]. Et les premiers à tomber dans le piège du récit vallsien sont ses détracteurs eux-mêmes qui le présentent volontiers comme un « laïciste » ou un « intégriste de la laïcité ». Or, une analyse distanciée de ses discours et de ses prises de positions publics soulignent, au contraire, une capacité de Manuel Valls à instrumentaliser la notion sur des registres multiples, parfois contradictoires. Loin d’être un héraut du camp laïque, l’homme politique apparait davantage comme un prestidigitateur qui a su faire de la laïcité une ressource majeure pour la conquête du pouvoir [2].

Laïcité sécuritaire : mater le « communautarisme musulman »

Lire la suite

Partager cet article

Commenter cet article