Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Quand le MRAP se mobilisait contre les contrôles au faciès

28 Février 2016 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Police Justice, #MRAP, #"Gauche" décomplexée

Le numéro d’avril 1979 du mensuel du MRAP Droit et Liberté rend compte de la conférence de presse qui annonce la campagne des étoiles vertes. George Pau-Langevin est maintenant ministre dans le gouvernement qui justifie les contrôles au faciès.

Le numéro d’avril 1979 du mensuel du MRAP Droit et Liberté rend compte de la conférence de presse qui annonce la campagne des étoiles vertes. George Pau-Langevin est maintenant ministre dans le gouvernement qui justifie les contrôles au faciès.

Condamné par la justice pour « faute lourde » à la suite de contrôles policiers ciblés sur les Noirs et les Arabes comme on en voit chaque jour pour la honte de notre République, l’Etat décide de se pourvoir en cassation, contre l’avis exprès de sa ministre de la Justice qui est alors Mme Christiane Taubira. L’argumentaire développé contre le jugement de la cour d’appel est écrit dans le style ampoulé et confus de ceux qui préparent un coup fourré : «Les réquisitions du parquet entendaient que soient réalisés des contrôles d’identité pour rechercher et poursuivre, en particulier, les infractions à la législation sur les étrangers. La cour d’appel ne pouvait alors dire que les services de police judiciaire avaient commis une faute lourde établie par le contrôle […] de la seule population dont il apparaissait qu’elle pouvait être étrangère, sans rechercher si ce contrôle n’était pas justifié par l’objet de la réquisition en exécution de laquelle il était réalisé.» En clair, comme les Noirs et les Arabes n’ont pas le physique de bons Français, il est légitime de les considérer comme des immigrés présumés suspects d’infractions à la législation qui régit les étrangers. La déchéance de nationalité par anticipation ?

Retour en 1979. Je suis alors tout jeune membre du secrétariat national du MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples) et rédacteur en chef de son mensuel Droit et Liberté, né clandestinement durant l’occupation nazie. Les contrôles au faciès se multiplient avec la même justification qu’aujourd’hui, mais portés par Michel Poniatowski, ministre de l’Intérieur d’un gouvernement de droite, et auteur d’un ouvrage – L’avenir n’est écrit nulle part – qui dans son chapitre intitulé « Les Indo-européens et l’origine de la société occidentale » reprend sans trop de circonlocutions les mythes délétères de la suprématie blanche.

Lire la suite

Partager cet article

Commenter cet article