Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Palestine : quel malaise français ? (Lina KENNOUCHE)

13 Mars 2016 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Palestine, #Politique française

Par un travail d'enquête historique et de révélation des archives de l'Élysée et de la présidence du Parlement européen, Charles Onana, écrivain et journaliste franco-camerounais, examine les ressorts historiques, idéologiques et politiques de l'engagement de la France envers Israël.

Le 20 octobre 2015, la Cour de cassation en France a jugé illégal l'appel des mouvements associatifs (notamment l'association BDS) au boycott des produits israéliens. Les deux arrêts rendus par cette plus haute juridiction font de la France le seul pays démocratique où l'appel au boycott pour lutter contre la politique répressive d'un État a été interdit par décision judiciaire.
Comment expliquer qu'en France l'antisionisme est assimilé à une forme virulente d'antisémitisme ? Pourquoi chaque fois qu'il est question de l'État d'Israël, les clivages idéologiques et politiques entre la gauche et la droite française s'effacent pour laisser place à un consensus unanime en faveur du soutien plus ou moins inconditionnel à la politique israélienne ? L'efficacité de la pression des milieux pro-israéliens est-elle l'expression de la force des dénis de réalité historique ? C'est à ces questions que tente de répondre, pour L'Orient-Le Jour, Charles Onana, journaliste, chercheur et écrivain, dans un travail d'enquête qui reproduit des documents inédits, correspondances de dirigeants français et israéliens, témoignages et archives, dans son livre Palestine : le malaise français (éditions Duboiris, novembre 2015) – une enquête qui s'arrête à la fin du mandat Mitterrand.

Dans ce livre, vous expliquez qu'au moment de la montée de l'antisémitisme au sein de la société française, il y avait parallèlement un autre mouvement ascendant : l'extension de l'influence de l'idéologie sioniste au sein de l'appareil d'État. Pouvez-vous revenir sur cette dimension qui est souvent passée sous silence ?

lire la suite

Partager cet article

Commenter cet article