Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Communiqué du CCIF suite aux propos de Manuel Valls

6 Avril 2016 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Islamophobie, #"Gauche" décomplexée

Le CCIF condamne avec la plus grande fermeté les propos tenus hier par le Premier Ministre Manuel Valls, à l’occasion de la tenue de l’événement le “sursaut” au théâtre Dejazet à Paris.

Ces propos d’une extrême gravité, tenus au plus haut sommet de l’Etat, marquent un point de non retour dans la banalisation des discours islamophobes au sein du gouvernement. Ils sont de nature à légitimer l’islamophobie galopante, dans une société où les tensions sont déjà vives, exacerbées par la surenchère des identitaires.

Ces attentats, ces actions, ces comportements se font au nom de l’Islam” ; “Ils [salafistes] doivent représenter 1% aujourd’hui des musulmans dans notre pays, mais leur message, leurs messages sur les réseaux sociaux, il n’y a qu’eux finalement qu’on entend”, d’emblée Manuel Valls entend ne plus s’embarasser de nuances et veut assimiler l’essence de la religion musulmane avec les actes terroristes. Rien que ça. Par ce discours prononcé dans un grand élan de sincérité, Manuel Valls livre ses millions de compatriotes musulmans à la défiance populaire et à la haine.

N’oublions pas que le 24 décembre 2015, en plein état d’urgence, c’est une salle de prière à Ajaccio qui a été mise à sac par un groupe de “manifestants” qui entendaient “punir” les musulmans d’un acte qu’ils n’avaient pas commis. Cette expédition punitive d’un autre âge n’avait pas trouvé matière à appliquer l’état d’urgence, comme si la Corse était devenue une zone de non-droit.

Epousant le récit narratif des terroristes, opposant l’Islam à l’Europe, Manuel Valls, à défaut d’avoir pu protéger les citoyens français de deux vagues d’attentats terroristes en 10 mois entend nourrir les foyers de recrutement des terroristes.

Parlant sans cesse de combat, d’opposition et de confrontation, Manuel Valls montre qu’il n’a absolument aucun projet ni pour la France, ni pour les valeurs républicaines qu’elle incarne. Ses échecs parlent pour lui et démontrent qu’il détourne sa mission de chef de gouvernement s’adressant à tous citoyens français à des fins qui lui sont toutes personnelles.

Alors même que les citoyens français expriment leur exaspération d’une politique économique et social désastreuse, le Premier Ministre entend mettre la question identitaire et culturelle au premier plan de la prochaine élection présidentielle.

En pleine contestation sociale autour de la loi El Khomry et la loi Urvoas débouchant sur l’émergence de la mobilisation “Nuits Debouts” sur la Place de la République, le Premier Ministre nous dicte son agenda politique dans les années qui suivent, bien décidé à éluder sa responsabilité politique vis-à-vis du marasme économique et social dans lequel s’enfonce la France.

Le Premier Ministre s’est ensuite prononcé sur le voile, signe selon lui "politique et “d’asservissement”. Ces propos d’une extrême violence, alors que les femmes musulmanes sont à hauteur de 80% les premières victimes d’agression islamophobes en 2015, reviennent à légitimer leur agression, leur discrimination et leur exclusion.

L’absence même des femmes concernées face aux invectives du Premier Ministre signale au mieux une lâcheté, au pire l’incapacité de reconnaître en ces personnes des êtres humains.

Quant à son appel à agir, Manuel Valls est en retard car ces femmes sont déjà victimes de la haine aveugle de personnes qui se sentent dans l’impunité lorsqu’elles arrachent les foulards de ces femmes, leur portent des coups de poing ou des coups de poignard.

A l’heure où la cohésion nationale est mise à rude épreuve par les idéologies extrémistes qu’il prétend combattre, Manuel Valls adopte la posture d’un chef de clan déconnecté des préoccupations urgentes des français pour servir un agenda idéologique. Le raisonnement adopté par Manuel Valls est identique à celui de l’extrême droite et des groupes identitaires pour qui l’intérêt particulier prime sur l’intérêt général.

Cet événement prétendant être “sursaut républicain” s’est avéré n’être rien d’autre qu’un sursaut identitaire, incendiant notre pacte républicain.

Partager cet article

Commenter cet article

le floc'h 07/04/2016 06:29

Je déteste ce Valls, mais à force d'être antiracistes, je vous trouve particulièrement intolérants et racistes vous-mêmes..;Ah, ah, ah ! Le serpent se mord la queue chez vous...

Repères anti-racistes 07/04/2016 13:28

Nous critiquons Valls pour ce qu'il fait, ce qu'il dit, pas à cause d'une origine, une race vraie ou supposée. Où est le racisme ?