Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Jean-Marie Le Pen, le négationniste Robert Faurisson, le collabo Pierre Sidos… Ils étaient tous là pour fêter les 65 ans du journal Rivarol. Aux manettes de cette folle journée, Jérôme Bourbon, le directeur du seul hebdo pro-nazi de France.

12 Avril 2016 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Extrême-droite, #Antisémitisme et négationnisme

« J’aurais du louer une salle de 700 personnes. Comme le Crif pour son dîner ! », lance Jérôme Bourbon, en marge du 65e anniversaire de Rivarol . Samedi 9 avril, le gratin de l’extrême droite radicale s’est donné rendez-vous pour un grand banquet en l’honneur de Rivarol, le dernier journal pétainiste de France. Invités prestigieux et cuisine du terroir : pour ses 600 invités le directeur du canard a mis les petits plats dans les grands. Il savoure ce succès inattendu :

Le gratin de l’extrême droite

Dans la salle des séminaires de l’hôtel Novotel de la porte de Bagnolet (93) flottait un petit parfum de régime de Vichy. Au micro, Pierre Sidos, 89 ans et condamné en 1945 pour son engagement collaborationniste. Ce dinosaure du fascisme est aussi le fondateur de l’Œuvre Française , un groupuscule actif de 1968 à 2013, dissous après le meurtre de Clément Méric. « C’est une super-référence. Je le croise parfois à la messe de Saint-Nicolas du Chardonnet », commente l’ex-FN aux cheveux gominés Alexandre Simmonot.

Entre l’entrée et le plat de résistance, c’est une autre figure de la droite nationale qui prend la parole : Henry de Lesquen, 66 ans et cofondateur du Club de l’Horloge en 1974. Devant 600 personnes, le président de la station d’extrême droite Radio Courtoisie rappelle qu’il est candidat à la présidentielle de 2017. Dans son programme, l’arrêt des subventions publiques pour « la musique nègre » (sic). « La musique nègre stimule les mêmes zones du cerveau que la sexualité. C’est donc une musique obscène de part en part », se justifie le grand échalas, écharpe blanche de dandy autour du cou.

Dans la salle, les benjamins de la mouvance sont venus applaudir leurs aînés. Parmi eux, Alexandre Gabriac ex-Jeunesses Nationalistes, Thibaut de Chassey du Renouveau Français ou encore l’auteur antisémite multi-condamné Hervé Ryssen qui refuse de nous parler :

Partager cet article

Commenter cet article