Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Les grossières ficelles de l'anti-antiracisme (Guillaume Weill-Raynal)

12 Avril 2016 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Antiracisme politique, #"Gauche" décomplexée

Libération a publié la semaine dernière un dossier de six pages qui instruit sans nuances le procès à charge de l’antiracisme. On se serait cru chez Causeur ou Valeurs Actuelles. Une dérive qui «à gauche», devient de plus en plus tendance.

Ce fut une quinzaine faste ! Le 20 mars avait lieu à Paris le lancement du « Printemps Républicain », qui est à Riposte Laïque ce que Franprix est au hard discount. La même daube mais en plus présentable [1]. Quelques jours plus tard, la ministre Laurence Rossignol n’hésitait pas à comparer au micro de RMC les femmes ayant fait le choix de porter le voile aux « nègres américains » qui soutenaient l’esclavage. Approuvée aussitôt par Elisabeth Badinter qui appelait sans sourciller au boycott des marques de vêtements estampillées « mode islamique ». (Et qu’en pense la Cour de cassation qui vient de trancher à quatre reprises : boycotter Israël – mais seulement Israël – est un délit). Le 4 avril, enfin, lors d’un colloque au théâtre Déjazet, Manuel Valls assimilait – sous les applaudissements du public – le voile à « un asservissement, un signe politique qui vient confronter la société française », et contre lequel le premier ministre affirmait la nécessité d’ « agir ». Sans doute pas complètement par hasard, Libération publiait le même jour un violent réquisitoire contre les « nouveaux antiracistes » : un éditorial de Laurent Joffrin, deux « enquêtes », et quatre portraits au vitriol. Une campagne bien orchestrée, aurait dit, en son temps, Georges Marchais. Et qui s’inscrit en réalité dans le droit fil d’une thèse lancée il y a plus de dix ans par Alain Finkielkraut, dans Au nom de l’Autre – Réflexions sur l’antisémitisme qui vient : l’antiracisme serait  devenu le « nouveau totalitarisme du 21ème siècle ». Un extraordinaire tour de passe-passe qui consiste, en fait, à dissocier la lutte contre l’antisémitisme de la lutte contre le racisme : sacraliser et sanctuariser l’une pour mieux disqualifier l’autre. Un sillon qui a été depuis patiemment labouré et ensemencé. Au final, on se dit que cela valait la peine : les plus beaux fruits se récoltent désormais sur des terreaux où l’on n’aurait jamais imaginé autrefois les voir pousser et éclore.

Partager cet article

Commenter cet article