Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Les aventures ministérielles de Pierre Poujade à la Place Beauvau (MRAX)

4 Mai 2016 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Europe, #Belgique, #MRAX

Les aventures ministérielles de Pierre Poujade à la Place Beauvau (MRAX)

Publié le 4 mai 2016

Tel pourrait être le titre d’une uchronie, ce genre littéraire qui repose sur le principe de la réécriture de l’Histoire à partir de la modification d’un événement du passé. Pierre Poujade est un homme politique dont les idées populistes droitières passèrent à la postérité sous l’appellation de « poujadisme ». L’hôtel de Beauvau abrite le ministère français de l’intérieur depuis le XIXème siècle et la métonymie « Place Beauvau » est fréquemment employée par les médias français pour désigner ce ministère. Pierre Poujade, Ministre de l’intérieur : le sujet peut aisément inspirer les auteurs de fiction.

Imaginez, le démagogue Poujade, sempiternel pourfendeur de l’État, devoir endosser la responsabilité de sa sécurisation! Que d’intrigues passionnantes l’on pourrait écrire autour d’un Ministre de l’intérieur qui lorsqu’il s’exprime sur des dossiers délicats ne se base pas sur les rapports de ses services mais préfère recourir au « bon sens » des « petites gens » comme Poujade aimait à le faire. Contemporain de la Guerre d’Algérie, Poujade Ministre aurait eu à gérer dans cette fiction la menace terroriste du FLN ou de l’OAS, ce qui ouvre nombre de potentialités scénaristiques. Tant qu’à laisser voguer son imagination, on peut également se demander si le xénophobe Poujade qui se distingua notamment par des diatribes antisémites contre le Premier ministre Pierre Mendes France, aurait bien été le Ministre de l’intérieur de tous les français dans cette histoire remaniée. L’on se plairait même à explorer diverses possibilités intéressantes de récits autour de ses liens dans cette uchronie avec celui qui fut, dans la vraie vie, son colistier, Jean-Marie Le Pen.

Le titre du présent éditorial ne porte malheureusement pas sur une fiction mais sur une réalité qui la dépasse. En Belgique, nous avons notre Pierre Poujade à notre Place Beauvau. Jan Jambon dans son bureau du numéro deux de la rue de la loi, a acquis davantage de pouvoir que n’importe quel héritier de Poujade de France ou de Belgique. Cela doit nous interpeller. Les dérapages que nous avons dû subir depuis son entrée en fonction sont plus que contrôlés. Cet individu instrumentalise les fonctions régaliennes qu’il occupe pour être régulièrement offensif dans la guerre culturelle menée par son parti. Même les idées les plus xénophobes de la N-VA sont présentées par ses propagandistes comme « naturelles » ou « normales ». Comme s’il était naturel et normal d’être contre les francophones, contre les bruxellois, contre les migrants ou contre les musulmans pour ne citer que quelques minorité du pays qui furent à un moment ou un autre publiquement attaquées par les caciques du parti depuis sa création. Dans un contexte où la sécurité dont il a la charge constitue un enjeu majeur qui lui garantit une exposition médiatique maximale, Jan Jambon dispose d’une tribune récurrente pour faire passer certains messages délétères.

Fidèles à notre volonté de lutter pour l’égalité réelle par tous les moyens nécessaires, nous avons décidé d’utiliser la voie juridique pour dénoncer les propos tenus par Jan Jambon sur les musulmans de notre pays qui auraient prétendument dansé et même organisé des fêtes de rue après les attentats du 22 mars. Des citoyens ont également déposé plainte, ce dont on ne peut que se féliciter et espérer que cela fasse comprendre au Ministre de l’Intérieur que son soi-disant bon sens populaire n’est en fait pas si…populaire. En guise de conclusion, il nous reste à espérer que l’analogie entre Poujade et Jambon puisse être tirée en longueur jusqu’à voir la formation politique du second connaître la même fin que celle du premier.

Carlos Crespo Président du MRAX

Partager cet article

Commenter cet article