Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Proche-Orient: que se passe-t-il ? (Jacques Fath)

30 Mai 2016 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Proche et Moyen-Orient

Introduction pour une conférence-débat à Reims, à l’invitation du PCF, le 26 mai 2016.

Parler de la situation au Proche-Orient, c’est aussi parler du monde arabe et des relations internationales en général… Tout est lié, en effet. Les enjeux sont globaux. Cette introduction vise à donner quelques clés de compréhension (1).

Comment faut-il parler du Proche-Orient ?

Faut-il remonter l’histoire ou une partie de celle-ci ? Faut-il laisser cela aux historiens ? En vérité, on échappe à l’histoire… aux conséquences – qui peuvent être lourdes et compliquées – des faits historiques. Et la politique est aussi le fruit des mémoires. Des mémoires longues. La question de Palestine est emblématique du poids politique de l’histoire dans les enjeux et les confrontations du présent. Il y a peu de questions qui font resurgir le passé avec autant de force.

Si l’histoire pèse très lourd, elle ne peut être, cependant, le prétexte à une instrumentalisation, à une « préemption » sur le territoire, sur le patrimoine archéologique ou sur la légitimité politique… Je fais allusion à l‘injustifiable et violente polémique lancée par le gouvernement israélien et, en France, par de nombreux acteurs politiques et idéologiques (le CRIF a été particulièrement actif), au sujet du vote d’une résolution du Conseil de l’UNESCO concernant la protection du patrimoine culturel palestinien dans le territoire occupé et le « caractère distinctif » de Jérusalem-Est. Pourtant, cette résolution (il y en a eu 11 précédemment du même type…) ne traite pas du caractère religieux du patrimoine historique en Palestine occupée. Elle ne fait que rappeler Israël à ses responsabilités vis à vis du droit international en tant que puissance occupante.

L’enjeu de légitimité sur cette terre de Palestine est très élevé, d’où cette volonté de « préemption » israélienne et pro-israélienne sur l’histoire afin de justifier la colonisation au mépris du droit. On voit, d’ailleurs, comment le récit historique construit de longue date par Israël vise à justifier la politique coloniale de cet état et un processus de judaïsation en territoire occupé. Ce récit suscite d’ailleurs depuis des années (surtout depuis les années 80), un effort de rectification d’ensemble par de « nouveaux historiens » israéliens qui veulent précisément déconstruire la conception idéologique officielle pour faire apparaître les problématiques de l’occupation militaire et la nature coloniale de l’État : Benny Morris, Tom Segev, Ilan Pappé, Shlomo Sand et quelques autres… Leurs travaux sont pertinents et très utiles.

Enfin, il y a une autre et simple raison qui fait de l’histoire un paramètre important. Elle permet de comprendre la grande complexité des problèmes posés. On reste néanmoins stupéfaits devant la faiblesse du débat politique et médiatique général sur la question.

Lire la suite

1) Voir aussi : « Penser l’après…Essai sur la guerre, la sécurité internationale, la puissance et la paix dans le nouvel état du monde », Jacques Fath, Les éditions Arcane 17, 2015.

 

Proche-Orient: que se passe-t-il ? (Jacques Fath)

Partager cet article

Commenter cet article