Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Boycotter l’Arabie saoudite pour libérer Raïf Badawi ? (Michel Gourd)

20 Juin 2016 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Proche et Moyen-Orient, #Arabie saoudite

Maintenant que la détention du prisonnier d’opinion Raif Badawi a dépassé les quatre ans, il semble que seul un boycottage comme celui qui a fait tomber l’Apartheid en Afrique du Sud puisse le faire libérer.

Le commencement de la quatrième année d’emprisonnement de Raif Badawi a été souligné le 17 juin par de nombreux organismes qui font la promotion des droits de la personne dans le monde. Le prisonnier d’opinion condamné en 2012 à 10 ans de prison, 1000 coups de fouet et une amende d’environ 300 000 $ n’aura pas le droit de quitter ce pays pendant les dix années suivant sa libération. Après ses quatre ans de détention, il faut faire un constat. Toutes les belles promesses des États qui disent travailler pour le faire libéré ne valent rien. Non seulement, l’Arabie Saoudite n’a pas libéré celui qui est possiblement le plus célèbre prisonnier d’opinion de la planète encore détenu, mais elle s’enfonce dans l’inhumanité. Ce pays a condamné à 15 ans de réclusion l’avocat, Waleed Abu Al-Khair, qui a osé défendre Raif Badawi et d’autres citoyens qui réclament la liberté d'expression. Il a aussi exécuté plus de 150 personnes en 2015. Une partie de ceux-ci ont été décapités au sabre sur la place publique. Aucune règle internationale n’est d’ailleurs à son épreuve. Il garde actuellement 200 familles françaises en otage bien qu’elles soient sans salaire et n’aient pas de moyen d’assurer leur subsistance. Les autorités saoudites leur refusent le droit de partir et ont gelé leurs comptes bancaires.

La communauté internationale devrait donc passer à la vitesse supérieure si elle veut voir cesser cet emprisonnement injuste. Le boycottage international de ce pays et de ceux qui font des affaires avec est un des rares outils qui restent pour y arriver.

Lire la suite

Partager cet article

Commenter cet article