Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Paris honore les 45.000 handicapés morts de faim sous Vichy qui vont sortir de l'oubli ( Fadila Mehal)

17 Juin 2016 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Mémoire Seconde guerre mondiale

C'est une page peu connue de la France de Vichy qui sera peut-être bientôt mise en lumière grâce au vœu que j'ai fait adopté hier au Conseil de Paris.

Le 1er juillet 1940, à l'asile de Ville-Evrard, Antonin Artaudécrit à sa mère: "J'ai FAIM et il est urgent dans l'état où vous me savez que je m'alimente un peu mieux qu'ici". Séraphine Louis, peintre, malade, est internée elle aussi, à Clermont-de-l'Oise au Nord de Paris.Elle ne peint plus. Dans un courrier, elle aussi parle de nourriture. On la surprend la nuit à manger de l'herbe et des détritus.

Camille Claudel, qui est à l'asile de Montdevergues près d'Avignon, souffre de la même manière. Rien dans les assiettes, Pétain a fixé les restrictions pour les fous à 1200 calories au plus par jour et par personne, quand le corps humain en réclame le double. Antonin Artaud va survivre grâce à la solidarité familiale. Mais Séraphine et Camille mourront de faim ou des conséquences de la faim.

Ils furent 45.000 -45.000 malades mentaux morts de faim, en 6 ans, en France, il y a 70 ans. Pas par la faute de Hitler, ni même entièrement par la faute de Pétain. Il s'agit avant tout d'un phénomène d'abandon dont ont été victimes ces personnes qu'on a laissé mourir de faim et c'est un drame oublié de nos livres d'histoire.

Jusqu'à ce jour, aucun hommage national n'a été rendu à ces victimes en France et seul un mémorial dédié aux 300.000 personnes en situation de handicap assassinées par les nazis a été inauguré en septembre 2014 à Berlin.

Mais ces malades sans intérêt -des fous-devenus des morts sans intérêt seront peut-être bientôt sortis de l'oubli en France.

Lire la suite

Partager cet article

Commenter cet article