Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Breizh-info : Décryptage d’un site de ré-information (La Horde)

30 Juillet 2016 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Extrême-droite, #Internet

Breizh-info : Décryptage d’un site de ré-information (La Horde)

Petite piqûre de rappel sur Breizh-info avec un article publié par le site Brest.Meidaslibres.org

Décryptage d’un site de ré-information

Publié le 2 avril 2015 | Maj le 25 mars

<span[ class=”tags”>

Depuis quelques temps déjà un site d’information a fait son apparition, « Breizh-info », ça vous dit quelque chose ? Si vous vous informez sur le net vous avez sûrement dû poser les yeux sur un de leurs articles, leur site étant référencé par « Google actualité », vous pouvez comme pour n’importe quel média dominant lire ses lignes sans l’avoir tout particulièrement voulu.

Grâce à son esthétique passe-partout (très semblable à celle de Libération ou du Figaro) vous n’avez peut-être même pas remarqué que vous étiez sur un site d’information un peu particulier. A l’exception de cette bannière visible sur tout le site : « Soutenez la ré-information, faites un don en cliquant ici ! »

La « ré-information », mais qu’est-ce donc cela ? Un site d’information je comprends le principe, un auto-média afin que sa parole ne soit pas déformée par les journalistes, je comprends aussi. Mais de la « ré-information » ?

Je serais donc désinformé, heureusement « Breizh info » tel un sauveur serait là pour me ré-informer, ses auteurs détiendraient donc les véritables informations et, de bon cœur puisqu’ils ne présentent pas de publicité, nous les diffuseraient ? L’information garantie 100% vraie ?

Pourtant après une courte visite on comprend assez vite que le contenu du site est loin d’être exceptionnel, de nombreux articles de faits-divers déjà vus dansLe Télégramme, des nouvelles de la vie politique et culturelle de la région… Si le but de la « ré-information » était de rétablir la vérité, de nous offrir des informations habituellement cachées ou déformées, le Canard enchaîné fait mieux depuis bien longtemps.

Non, la « ré-information » ça doit être autre chose, il est temps d’aller voir un peu plus loin ce qui se cache derrière ce concept.

Derrière la « ré-information » … l’extrême droite

Les première références politiques à ce concept semblent dater de 2003 et venir d’un certain Jean-Yves Le Gallou, ancien du Front national et du MNR (Mouvement National Républicain), à cette époque Yves Le Gallou lance « la cérémonie des Bobards d’Or, destinée à mettre en évidence le caractère mensonger de certaines informations relayées par les médias français ».

La cérémonie 2015 a eu lieu le 10 mars dernier [1], et quels ont été les « Bobards d’Or » décernés ? Des mauvaises informations à l’encontre de Poutine, des pro-russes, de la Manif pour tous, des polémiques sur les chiffres de l’immigration, sur le limogeage de Zemmour… En clair, un panel divers et varié de tout ce qui a fait vibrer l’extrême droite en 2014 ! Pour des personnes se réclamant être des médias « indépendants », ça pose un problème.

Après cela le concept de ré-information a perduré, Y. Le Gallou participe au « bulletin de ré-information quotidien » de Radio Courtoisie (la radio « ouverte à toutes les familles de la droite » selon la volonté de son fondateur).
Le site « Novopress », fondé par Fabrice Robert (responsable du Bloc identitaire), s’y réfère lui aussi, il va plus loin en parlant carrément d’« écosystème réinformationnel », qui est dans les faits rien de moins qu’une plate forme regroupant les principaux sites d’information d’extrême droite (Fdesouche, Polémia, Nouvelle de France, Info bordeaux, Minute …).

Les preuves des liens entre la ré-information et l’extrême droite ne manquent pas, il ne serait vraiment pas utile de toutes les lister, ce qu’il faut retenir c’est que l’ensemble de ces sites autoproclamés de « ré-information » développent des thèses d’extrême droite, voire sont carrément gérés par leurs militants, ce qui m’amène à me poser cette question :

« Breizh-info » c’est qui ?

Officiellement tout est clair, les noms des rédacteur sont accessibles sur le site [2] même, au nombre de quatre, un certain Phillipe le Grand ayant « travaillé pendant cinq ans pour un site d’information généraliste », serait donc le rédacteur en chef du journal, pas grand chose à en dire son nom m’étant inconnu.

Vient ensuite Yann Valérie, loin d’être un inconnu c’est un ancien du bloc identitaire, puis dirigeant et candidat Jeune Bretagne aux cantonales 2011 (où il réalise un médiocre 3,5%). A la disparition de cette organisation il rejoint Adsav-PPB… Sans étonnement nous retombons encore une fois sur un militant d’extrême droite.

Le troisième rédacteur est Louis-Benoît Greffe un « journaliste indépendant » ayant travaillé pour divers sites d’informations régionaux. En mars 2014 il s’est illustré par l’agression d’un prêtre de 82 ans à renfort de gaz lacrymo [3], dont il s’est justifié par un magnifique : « M. Givenchy [le prêtre agressé] embête le monde depuis au moins trois ans. Dans cette chapelle de catéchisme où l’on fume et l’on boit devant l’autel, j’ai vu une scène de théâtre où une femme déblatérait sur la vie, assise sur des water-closets. Il n’y a pas d’autres lieux pour ça ? »
Un fait divers qui trouverait tout à fait sa place dans la rubrique « La France orange mécanique », mais assez embêtant pour l’ancien adjoint à la sécurité du maire UMP d’Orléans, aussi lié à l’UDI (parti de centre-droit).
Il n’est absolument pas question de faire son procès sous quelques formes que ce soit, mais ça permet d’un peu mieux saisir une sensibilité politique, celle de la droite chrétienne réactionnaire.

Encore une fois derrière un média prétendument indépendant on retrouve un militant d’extrême droite, un autre ayant des liens avec l’UMP et ayant même exercé des fonctions politiques.

La ré-information c’est la propagande !

Que l’extrême droite s’exprime ça n’a rien de bien étonnant, ni de nouveau. En revanche ce qui se passe, depuis quelques années déjà, c’est qu’elle avance à couvert, plus question de se reposer uniquement sur le Front national, ou sur ses grands penseurs, trop « diabolisés » par les partis concurrents, trop sujets à controverse.

De plus en plus les idées d’extrême droite s’expriment de manière diffuse : sur internet ça s’est d’abord vu par la prolifération de commentaires racistes, xénophobes un peu partout. Cette idéologie étant particulièrement simple à synthétiser et adaptée à la forme pamphlétaire, les commentaires youtube ou facebook ont été un terrain très adapté pour sa diffusion.

Évidement les militants d’extrême droite ne se sont pas satisfaits de cela : profitant du regain actuel de leurs idées, ils ont lancé leurs propres sites d’information, mais pas question, du moins pas pour tous, d’afficher clairement leur attachement idéologique et leur appartenance militante, c’est plus vendeur de se présenter comme « ré-informateur » que comme nationaliste non ?

Et là nous n’avons plus affaire à la propagande d’un parti, bien cernée et affichée comme telle, mais à une forme de manipulation, une opération de communication. Quand vous avez un tract Front national entre les mains, vous savez qu’il a été écrit par des militants, dans un but politicien. « Breizh-info », malgré qu’il soit animé par plusieurs militants de droite et d’extrême droite, comme bon nombre de sites de ré-information, se présente comme un média indépendant, « traitant de l’actualité bretonne et internationale sans concession » selon ses dires. Il est temps de se pencher un peu plus en profondeur sur le contenu de leurs articles.

Petite délinquance, immigration et gastronomie …

Afin de mieux saisir leur ligne éditoriale, je vous invite à aller lire la présentation qu’ils donnent de leur journal [4]. Pour résumer, leur but est de « traiter de l’actualité bretonne et internationale sans concession », « d’écrire les faits, rien que les faits » en « les mett[ant] en perspective les uns avec les autres », ce qui pose déjà un problème, une mise en perspective signifie analyse, et donc de ne pas décrire uniquement les faits…

Une rubrique semble vouloir être mise en avant « la Bretagne orange mécanique », à travers laquelle ils souhaitent traiter des sujets qui « dérangent ou sont souvent relégués au second plan ».
Concrètement cette rubrique consiste à regrouper les faits-divers déjà largement médiatisés dans les médias locaux, régionaux et nationaux, afin de les accumuler et d’en donner une prétendue analyse critique plus profonde, la fameuse « mise en perspective ».

La suite ici

Notes

[1] http://bobards-dor.fr/2015/portfolio/laffaire-gourevitch-ou-quand-lafp-tente-de-decredibiliser-un-chercheur-independant/

[2] http://www.breizh-info.com/notre-redaction-nos-contributeurs

[3] http://www.liberation.fr/societe/2014/03/10/a-orleans-un-pretre-modere-agresse-par-un-jeune-catholique-integriste_985932

[4] http://www.breizh-info.com/qui-sommes-nous

Partager cet article

Commenter cet article