Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Ce que Michel Rocard a dit à La Cimade

4 Juillet 2016 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Étrangers et immigrés

4 juillet 2016

« La France ne peut accueillir toute la misère du monde, mais elle doit savoir en prendre fidèlement sa part »

 

Michel Rocard est décédé le 2 juillet 2016. En novembre 1989, La Cimade célébrait ses 50 ans. Invité à cette occasion, alors Premier ministre, Michel Rocard avait déclaré « La France ne peut accueillir toute la misère du monde, mais elle doit savoir en prendre fidèlement sa part ». Une phrase qui, confiera-t-il « lui joua le pire des tours. Séparée de son contexte, tronquée, mutilée, ma pensée a été sans cesse invoquée pour soutenir les conceptions les plus éloignées de la mienne ». Invité au colloque organisé à Strasbourg à l’occasion des 70 ans de La Cimade en septembre 2009, Michel Rocard reviendra sur cette phrase prononcée vingt ans plus tôt et sur d’autres sujets comme l’Europe, les migrations, les centres de rétention. Ses propos rapportés dans un article par le journal Libération du 29 septembre 2009 ont une résonance toute particulière en ce mois de juillet 2016.

Extraits.

 

« Chers amis, permettez-moi, dans l’espoir, cette fois-ci, d’être bien entendu, de le répéter : la France et l’Europe peuvent et doivent accueillir toute la part qui leur revient de la misère du monde. […] Que nous ne puissions à nous seuls prendre en charge la totalité de la misère mondiale ne nous dispense nullement de devoir la soulager autant qu’il nous est possible.

Il y a vingt ans, venu participer en tant que Premier ministre au cinquantenaire de la Cimade, j’ai déjà voulu exprimer la même conviction (1). Mais une malheureuse inversion, qui m’a fait évoquer en tête de phrase les limites inévitables que les contraintes économiques et sociales imposent à toute politique d’immigration, m’a joué le pire des tours : séparée de son contexte, tronquée, mutilée, ma pensée a été sans cesse invoquée pour soutenir les conceptions les plus éloignées de la mienne. Et, malgré mes démentis publics répétés, j’ai dû entendre à satiété le début négatif de ma phrase, privé de sa contrepartie positive, cité perversement au service d’idéologies xénophobes et de pratiques répressives et parfois cruellement inhumaines que je n’ai pas cessé de réprouver, de dénoncer et de combattre. […]

Si j’ai été compris à l’inverse de mes intentions il y a vingt ans, c’est qu’à cette époque une très large partie de la classe politique et de l’opinion françaises, de droite à gauche, s’était laissé enfermer dans le paradoxe consistant à obéir aux injonctions xénophobes de l’extrême droite sous prétexte de limiter son influence. […] Le résultat en est que les vingt années écoulées ont été marquées par le développement d’une réglementation européenne sur l’entrée et le séjour des migrants fondée sur une vision purement sécuritaire. […]

Les conséquences de cette politique d’inhospitalité sont tout simplement tragiques et souvent criminelles : des milliers de morts en Méditerranée, dans l’Atlantique, ou au milieu du désert et, pour les candidats à l’exil, jamais découragés, des trajets toujours plus longs et dangereux, nos pratiques de rejets encourageant les filières mafieuses à s’engouffrer dans cette nouvelle manne de la traite des êtres humains. »

 

De l’Union européenne

lire la suite

Partager cet article

Commenter cet article