Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

« Les déchirements français font partie du plan de Daech » ( Rachid Benzine)

27 Juillet 2016 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Société française

L’enquête policière et judiciaire en cours vient d’établir que Mohamed Lahouaiej Bouhlel, le « méga tueur » de Nice, a mûri et préparé son forfait durant de nombreux mois, et qu’il a bénéficié de plusieurs complicités lors de cette préparation. Le groupe ainsi constitué avait-il pour autant des liens directs avec l’Etat islamique ? L’horrible crime commis par le Tunisien trentenaire doit-il être regardé désormais comme un crime collectif se revendiquant sciemment du « djihad », et pas seulement comme une initiative d’abord personnelle ? La réponse à ces questions viendra sans doute rapidement.

En attendant, ce que nous savons de Mohamed Lahouaiej Bouhlel nous autorise à croire qu’il n’a jamais été un musulman pratiquant, et encore moins un musulman fondamentaliste. Son profil est davantage celui d’un psychopathe narcissique porteur d’une violence extrême, dont la haine accumulée à l’intérieur de lui-même l’a amené à commettre un des plus effroyables crimes de masse qui puisse être perpétré par un seul homme. Mais Daech [acronyme arabe de l’organisation Etat islamique] a revendiqué ce crime comme étant l’œuvre d’un de ses « soldats », et le modus operandi correspond tout à fait aux appels à tuer ses adversaires, avec tous les moyens disponibles, que lance depuis quelques années cette organisation prétendant incarner l’islam. Qu’il ait eu, ou pas, l’occasion d’être en relation avec des responsables ou des partisans de Daech, le tueur de Nice ne pouvait ignorer cette propagande et ces appels, et dans tous les cas de figure son crime ne saurait être dissocié de la stratégie de l’Etat islamique, à laquelle il donne toute satisfaction. Car même si cet homme était un très grand déséquilibré, il avait besoin d’une justification intellectuelle et morale qui l’autorise à passer à l’acte, ce que le discours de Daesh lui a fourni. En effet, même un grand pervers a besoin de pouvoir justifier à ses propres yeux et à sa propre conscience les actes de grande transgression qu’il commet. Les grands criminels nazis étaient souvent eux-mêmes des grands pervers, même s’ils pouvaient, par ailleurs, se montrer des hommes cultivés et des pères de famille exemplaires. Mais pour commettre les crimes qui ont été les leurs, ils ont eu besoin d’une idéologie – en l’occurrence le nazisme – qui les a autorisés à les perpétrer.

Nuage radioactif

Lire la suite

Partager cet article

Commenter cet article