Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Nouvelle loi scélérate à la Knesset (AFPS)

14 Juillet 2016 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Israël et le sionisme

Sous couvert de transparence c’est une véritable loi scélérate qui vient d’être adoptée en 3ème lecture à la Knesset. Présentée par la ministre d’extrême droite Ayelet Shaked, elle oblige les ONG à dévoiler les donations venues de l’étranger dans les cas où plus de la moitié de leur financement provient d’Etats autres qu’Israël, ou d’organisations étrangères comme l’Union européenne.

Il est piquant de voir Netanyahou se féliciter d’une loi sur la « transparence » au moment même où il déploie des trésors d’énergie pour échapper au scandale de son ami Arnaud Mimran qui vient d’être condamné à huit ans de prison par la justice française dans une affaire d’escroquerie mafieuse.

Sont très directement visées les ONG comme Adalah, B’Tselem ou Breaking the Silence qui portent témoignage et documentent les crimes et violations des droits humains commis à l’encontre des Palestiniens. La loi ne concerne évidemment pas les fonds privés et donc les sommes colossales récoltées notamment aux Etats-Unis, au profit des organisations de colons.

Son objet avait été très clairement indiqué par la ministre lors de sa présentation à la Knesset : se préserver d’incriminations de crimes de guerre qui s’appuieraient sur des preuves fournies par des ONG, comme dans un rapport de l’ONU sur les crimes commis lors de la guerre de 2014 contre Gaza.

Alors qu’elles sont déjà directement menacées, qualifiées de « traîtres » et de « 5ème colonne » par les organisations d’extrême-droite, il s’agit de les fragiliser, de les ostraciser pour les réduire au silence. Cette loi illustre pour le chef de l’opposition, Isaac Herzog, « le fascisme naissant qui s’introduit dans la société israélienne ».

La France, qui comme les autres chancelleries européennes avait dénoncé ce projet, doit revoir en profondeur ses relations avec un Etat qui ne peut s’exonérer en permanence des règles du droit et, sur ce point précis, amener Israël à reculer.

Le Bureau national

Partager cet article

Commenter cet article