Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

L'aventure Zaman France se termine

29 Août 2016 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Proche et Moyen-Orient, #Turquie

L'aventure Zaman France se termine

C'est avec regret et tristesse que nous annonçons à nos lecteurs la fin de la parution papier et Internet de Zaman France. La violence du climat politique actuel en Turquie et la tournure inquiétante qu'ont prise les événements ne permettent plus, en effet, à notre rédaction d'accomplir correctement son travail journalistique au vu des risques sécuritaires grandissants qui pèsent actuellement sur nos abonnés et nos lecteurs, ainsi que ceux qui frappent plus spécifiquement les membres de la rédaction de Zaman France.

Dans un contexte marqué en Turquie par la fermeture de 130 journaux et organes de presse, un mois après le putsch manqué et la tentative de déstabilisation du régime turc, les accusations dangereuses, irresponsables et totalement infondées de terrorisme colportées par le gouvernement turc contre plusieurs mouvements de la société civile (écoles, hôpitaux, banques, journaux) ont malheureusement trouvé des relais en France qui s'emploient activement à agiter le chiffon rouge de la haine, alors même que la position éditoriale de condamnation sans ambiguïté du coup d'Etat par Zaman France a toujours été extrêmement claire.

Des menaces qui ont désormais dépassé le stade verbal pour devenir des réalités physiques. Des centres culturels turcs en France, des écoles, des commerces ont été la cible d'incendies, de descentes punitives, de caillassages, d'appels au boycott et, plus grave, d'appels au meurtre. Des membres de notre rédaction ont reçu pas moins de deux cents menaces de mort ! Le simple fait d'imprimer notre journal et de l'envoyer à nos abonnés constituerait pour eux un risque sécuritaire réel sans même évoquer les représailles juridiques qu'ils subiraient par les services d'Etat turcs qui pourraient les accuser d'association ou de complicité avec une organisation terroriste !

Le niveau de paranoïa et d'aveuglement politique actuel est sans équivalent et la situation que nous vivons et que vivent des milliers de Turcs, purement kafkaïenne. Au-delà de l'aspect sécuritaire réel et primordial, Zaman France ne souhaite plus non plus alimenter le prétexte d'une importation en France de la politique turque et de ses règlements de compte.

Nous avons donc décidé de mettre un terme à notre travail : le journal ne sera plus édité, tout comme les sites Internet zamanfrance.fr et zamanfransa.com. Ce ne fut pas une décision facile à prendre. Lancée en février 2008, l'édition française de Zaman France avait su progressivement conquérir un large public bien au-delà de la communauté turque de France. Avec 425 numéros parus, 34 000 abonnés, plus de 25 000 articles publiés, des enquêtes, des dossiers approfondis, des interviews et des tribunes libres, Zaman France s'était hissé au rang des publications qui comptent dans l'Hexagone sur les sujets de la Turquie mais aussi sur d'autres sujets en France, comme la question de l'islam, de la laïcité, de la diversité sociale et du multiculturalisme.

En 2015, nous recueillions une audience de 5 millions de visiteurs uniques. Une audience qui venait couronner un travail intense et des efforts continus pour informer nos lecteurs et leur offrir un regard plus transversal sur l'information. C'est l'ensemble de ce travail et la qualité des analyses que nous avions proposées qui prend fin aujourd'hui.

Nous remercions nos abonnés qui ont rendu possible financièrement l'existence et l'indépendance de Zaman France, un hebdomadaire qui n'a jamais perçu un seul centime de Turquie, ni même des Etats-Unis comme une certaine propagande s'est plu à le diffuser.

Nous remercions également l'ensemble de nos lecteurs qui ont permis le succès de Zaman France et ont contribué à son aura. Des efforts qui n'auront malheureusement pas été suffisants face au déferlement actuel de haine et de violence qui n'aura pas épargné la Turquie, ni même la France, et dont ce journal aura été l'une des nombreuses victimes.

Lire l'article

Partager cet article

Commenter cet article