Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

La volonté de ségrégation (Abdellali Hajjat)

31 Août 2016 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Racisme

Si, en règle générale, le racisme a besoin de points d’appui factuels et réels, il arrive, dans certaines situations exceptionnelles, qu’il s’en passe volontiers. Le racisme devient alors chimérique, prospère en s’appuyant sur une fiction. C’est ce qui s’est passé lors de l’« affaire du burkini ».

L’affaire du burkini révèle une dimension essentielle du racisme. Son existence même a besoin de s’appuyer sur des éléments de la réalité, des faits réels, qui sont ensuite encodés, déformés, réinterprétés, analysés à partir de la grille de lecture raciste. L’antisémitisme s’appuie sur la présence de quelques présumés juifs dans la sphère du pouvoir, ou dans le mouvement communiste, pour construire le mythe du « complot juif » et du « judéo-bolchévisme ». Le racisme anti-noir s’appuie sur les faits-divers où des supposés Noirs sont impliqués pour construire la menace de la « délinquance noire ». L’islamophobie s’appuie les multiples faits relatés dans la presse (hijab à l’école, repas sans porc à la cantine, etc.) et, plus récemment, sur la revendication religieuse des groupes violents takfiri [1], pour conclure à l’idée d’incompatibilité entre « islam » et « république ». Chaque forme de racisme a sa propre histoire idéologique.

Autrement dit, l’idéologie raciste est un régime de vérité, c’est-à-dire qu’il prétend dire la vérité sur le monde social, imposer ce qui peut être dit ou pas dit sur tel ou tel fait réel. Ce n’est pas un hasard si les idéologues d’extrême droite sont d’attentifs lecteurs de la presse locale, nationale et internationale. Ils y puisent leurs faits réels, les relient entre eux par leur logique raciste et exhibent leurs analyses avec force de détails. C’est ce que faisait le journaliste Edouard Drumont dans La France juive (1886), et c’est ce que fait Pierre Sautarel sur son site fdesouche.com pour convaincre des lecteurs submergés par des faits réels. En ce sens, le régime de vérité raciste entre en directe concurrence avec le régime de vérité scientifique, sciences dures et sciences sociales, qui prétendent également à dire la vérité sur le monde social, en utilisant une méthodologie appropriée. Ce n’est donc pas un hasard si les sciences sociales, qualifiés de « sociologisme », sont une cible privilégiée de l’extrême droite, du Front national à Manuel Valls, en passant par Philippe Val et Caroline Fourest, qui ne supportent pas d’être contredits par un régime de vérité plus « noble » que le leur. Quand Valls affirme qu’expliquer la violence politique takfiri revient à la justifier, cela signifie qu’il n’y a qu’une seule manière d’analyser et de résoudre le problème : la force. Les attentats de 2015 et 2016 ne sont que la résultante du choc des civilisations, et la solution ne peut être que la victoire d’une civilisation sur une autre.

lire la suite

 

Partager cet article

Commenter cet article