Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Amal Bentounsi : "Notre guide pour les victimes des violences policières doit servir à créer un rapport de force "

4 Octobre 2016 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Police Justice

Amal Bentounsi a perdu son frère Amine, tué en 2012 d’une balle dans le dos par un policier. Ce mois-ci, son collectif “Urgence notre police assassine”, publie un guide à destination de tous ceux victimes de violences policières et des familles qui ont perdu comme elle un proche. Entretien.

Bondy Blog : Avec votre collectif, vous éditez ce mois-ci un guide à l’usage des familles de victimes de violences policières. Quel en est l’objectif?

Amal Bentounsi : Faire en sorte que les familles de victimes ne se fassent plus avoir car les affaires sont souvent classées sans suite. Souvent, quand votre frère ou votre ami est tué par les forces de l’ordre, on vous dit “circulez il n’y a rien à voir“. En fait, les constats de mort sont biaisés et les instructions sont très rares. Pourtant, les familles se battent pour demander la vérité à la justice. L’objectif est donc de créer un rapport de force. Le guide va servir à cela. Il informera sur les premières démarches à faire comme par exemple demander une contre-autopsie. Les familles sont souvent désemparées et se fient en la version policière sans se dire qu’il y a peut-être quelque chose qui ne va pas. Autre conseil : se constituer partie civile auprès d’un avocat. Les familles ne le font pas forcément. Cela permet d’obtenir des éléments ou de faire des demandes d’expertises supplémentaires. Il est très difficile pour notre collectif d’aller à la rencontre des familles qui se trouvent aux quatre coins de la France. Le guide sera téléchargeable sur internet par tous.

Bondy Blog : Pour quelles raisons ce guide a-t-il vu le jour?

Amal Bentounsi : Il faut savoir que les 48 premières heures sont déterminantes dans ces affaires de crimes policiers notamment pour qu’une enquête soit ouverte. Dans les cas que nous connaissons, au sein des familles du collectif, toutes les affaires se ressemblent. Même si les victimes sont mortes dans des circonstances différentes, le processus est le même : il y a une version policière transmise par le biais du parquet et relayée par les médias. Cette version, nous nous rendons compte depuis 4 ans qu’elle est biaisée. C’est systématique. Quand les victimes meurent par étranglement par exemple, on parle à chaque fois de “malaise”, de “crise cardiaque” ou d’une consommation de drogue ou d’alcool qui auraient pu entraîner la mort.

Bondy Blog : Les familles des victimes de violences policières ou les victimes elles-mêmes, sont-elles suffisamment armées pour affronter à la fois la machine judiciaire et la police ?

Lire la suite

Partager cet article

Commenter cet article