Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Renen, du kibboutz aux Anarchistes

25 Octobre 2016 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Israël et le sionisme

C’est avec beaucoup de tristesse que j’apprends le décès de mon ami Renen Raz. Militant anticolonialiste israélien, il a été l’une de mes premières rencontres avec la société juive israélienne. C’est en guise d’hommage que je publie ici le chapitre que je lui avais dédié dans l’ouvrage collectif Bienvenue en Palestine (Kairos, 2014). 

 

Lors de mon premier voyage consacré strictement à mes études, j’ai cherché le meilleur moyen de connaître la société israélienne. Pour atteindre mon objectif, avec mon budget étudiant, je n’ai trouvé qu’une seule méthode : me laisser porter, au fil des rencontres, et ne jamais refuser une invitation. Cette ligne de conduite m’a fait rencontrer toutes sortes d’Israéliens. Parfois sympathiques, parfois méfiants. Parfois ouverts d’esprit, parfois racistes. J’ai surtout compris une chose : il n’y a pas « un » Israélien type. Il n’y a pas non plus le « bon Israélien » vs. le « mauvais Israélien ». Cette société est extrêmement complexe, faite d’un croisement de culture, d’histoires, et empreinte, qu’on le veuille ou non, d’un caractère profondément colonial.

Pour ma première nuit dans Tel-Aviv, capitale économique israélienne, je suis logé chez Ronnie, l’ami d’un ami, un prof d’informatique, militant, d’une trentaine d’années. Il rentre tard. Je suis seul dans son appartement. On sonne. Le jeune qui passe le pas de la porte se présente brièvement, passe dans la cuisine faire du thé, et s’installe sur le canapé. « Je m’appelle Renen, je suis un ami militant de Ronnie. »

Il a 24 ans, et travaille comme barman dans un café à Tel-Aviv. Il est membre d’Anarchist Against the Wall (Les Anarchistes contre le Mur), et participe à la campagne de Boycott, Désinvestissement, Sanctions. Comment peut-on boycotter Israël en vivant en Israël ? « La campagne se nomme Boycott de l’Intérieur (Boycott from within), où depuis Israël nous appelons les artistes à ne pas se produire ici, nous dénonçons les entreprises qui financent la colonisation, et nous appelons l’Union Européenne à cesser son accord d’union qui accorde des privilèges économiques aux entreprises israéliennes. » Avec les Anarchistes, il participe tous les vendredis aux manifestations qui ont lieu en Cisjordanie contre la colonisation, le Mur, et l’occupation militaire. Pour être efficaces, ils se divisent en plusieurs groupes et se concentrent sur les villages où la répression est féroce. « J’alterne, un vendredi sur deux je vais à Nabi Saleh, et l’autre vendredi à Kafr Qadum. » D’après lui, le réseau anarchiste en Israël est composé d’environ trois cents personnes.

Lire la suite

 

Partager cet article

Commenter cet article