Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Yvette et Antoine Elfrich : retraités, malades et condamnés à quitter leur mobil-home

9 Octobre 2016 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Tsiganes et voyageurs

Pétition soutenue par la LDH / le MRAP / Services régionaux itinérants / l'ANGVC / la FNASAT / Droit au logement / Collectif droit à la santé / Confédération syndicale des familles

1600 €. Chaque jour, l’ardoise s’alourdit de 200 €. Chaque jour, l’état de santé d’Yvette et Antoine Elfrich se dégrade. Yvette, 71 ans, malade des poumons, a été hospitalisée le mardi 4 octobre 2016 et opérée ce mercredi 5 octobre. Antoine, 74 ans, l’attend dans son mobil-home, installé chemin des Landes, aux Sorinières (44). Propriétaire, depuis 2009, de ce terrain agricole, le couple de voyageurs y a installé ses caravanes pour y couler une paisible retraite.

Mais voilà, en 2015, leur état de santé se dégrade, les empêchant de vivre en caravanes, équipés de leur appareil respiratoire. Ils décident donc de vendre leur « camping » pour acheter un mobil-home. Un mode d’habitat plus adéquat à leur état de santé. Un mode d’habitat que conteste la municipalité des Sorinières qui décide de saisir le Tribunal de grande instance de Nantes. Condamné en première et seconde instance, le couple se voit, depuis le 29 septembre dernier, condamner à payer une astreinte de 200 € par jour.

1600 €. La peine est lourde et scandaleuse. Suite à une conférence de presse organisée par nos associations, la municipalité des Sorinières, par la bouche de sa première adjointe, évoque sur France 3 qu’elle « n’a pas de solution » pour démêler cette affaire. Affirmation qu’elle nuance, dans Presse Océan, en admettant « du bout des lèvres, une possible révision de l’astreinte ».

Pourtant, nous affirmons qu’UN GEL OU UNE LEVÉE TOTALE DE L’ASTREINTE EST POSSIBLE ! POUR RAISON D’URGENCE SANITAIRE !

Une demande qui n’a pas pour objectif de créer une situation d’exception ou de « privilège », comme l’affirme la municipalité des Sorinières, mais bien de permettre que l’état de santé d’Yvette et Antoine ne se dégrade pas davantage. Et d’envisager sereinement un réexamen de leur situation dans le cadre de la révision du Plan local d’urbanisme métropolitain.

D’autant que, dans des situations humaines similaires, les municipalités de Couëron et de Thouaré ont déjà demandé et OBTENU la levée d’une telle astreinte judiciaire.

Cette décision HUMANISTE est donc POLITIQUEMENT possible.

Il y a URGENCE ! Yvette et Antoine Elfrich ont besoin de NOUS TOUS !

Cette pétition sera remise à:

  • M. le maire
    des Sorinières (44)

Partager cet article

Commenter cet article