Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Glissement et dérapages de « l’opinion blanche » (Emmanuel Debono)

13 Novembre 2016 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Racisme, #Extrême-droite, #Front national, #Amériques, #États-Unis

Conclusion

 Aux portes du combat identitaire

Le premier tract de Marine Le Pen pour l’élection présidentielle invite à choisir « notre identité », en faisant « prévaloir nos valeurs républicaines, la liberté, la laïcité, l’égalité, la fraternité, l’intégrité du territoire… » et en « rompant avec l’immigration massive et le communautarisme ». Il mêle ainsi les éléments de la devise nationale à une action offensive de reconquête des « territoires perdus de la République », dans un combat que l’on devine comme à la fois identitaire et sécuritaire.

Il faut sans doute voir dans cette double orientation la clé du succès actuel du Front national, capable de prospérer sur les terres de la République, sur la base d’un diagnostic partiellement juste, tout en conservant cette vision idéologique fondée sur la stigmatisation de l’Autre et le rejet de l’étranger. Dans un essai fort concis, l’historien Grégoire Kauffmann fait ainsi référence à cette « culture politique [et cette] vision du monde incompatibles avec l’idéal d’émancipation et de tolérance propre au versant le plus universel de la sensibilité républicaine, le plus accueillant à la différence. » (Le nouveau FN. Les vieux habits du populisme, Éditions du seuil et La République des Idées, 2016, p. 100).

Un parti déborde toujours du cadre qu’il affiche. Cette vision du monde n’est pas un fantasme des médias de l’ « establishment ». Elle existe à l’état pur et se laisse librement saisir sur les réseaux sociaux. Là, on rencontre dans le sillage du Front national, les nombreux adeptes d’un retour à l’intolérance la plus dure, à l’ethnocentrisme le plus pur, sur fond d’autodéfense armée et de brutalité verbale raciste. Ces forces, elles-aussi, ne demandent qu’à être libérées.

Partager cet article

Commenter cet article