Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

L’Arabie saoudite récolte ce qu’elle a semé (David Hearst)

11 Novembre 2016 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Proche et Moyen-Orient, #Arabie saoudite

Après des opportunités gaspillées et des gaffes à gogo, la politique étrangère du royaume se retourne contre lui dans toute la région ; et ce n’est qu’un début

Il y a eu deux signes du desserrement de l’emprise de Riyad sur ses voisins.

Le premier a été un missile longue portée tiré par les Houthis contre l’aéroport de Djeddah, à l’ouest de La Mecque. Le second a été l’élection de Michel Aoun en tant que président libanais, qui était garantie par le soutien de Saad Hariri, l’homme d’affaires que les Saoudiens avaient autrefois financé. Aoun est soutenu par le Hezbollah et Damas, qu’il avait combattu en tant que général.

Chacun de ces événements est une sorte de retour de flammes pour l’Arabie saoudite. Chaque voisin arabe a sa propre histoire à raconter sur les fluctuations violentes d’une girouette qui porte le nom de la politique étrangère de Riyad. En cette époque, ils ont commis trois erreurs stratégiques.

Prenez l’Irak. L’Arabie saoudite a accordé à Saddam 25 milliards de dollars de prêts à faible taux d’intérêt pour l’aider à mener sa guerre de huit ans contre l’Iran. En 1990, deux ans après la fin de la guerre, Saddam était criblé de dettes et Riyad et le Koweït l’ont ébranlé en refusant de réduire la production pétrolière, ce qui a été une des raisons de l’invasion du Koweït. Ils ont versé en outre 30 milliards de dollars aux États-Unis pour la première guerre en Irak en 1991.

Lire la suite

Partager cet article

Commenter cet article