Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Préface de Michel Warschawski au livre d’Ilan Halevi : Question juive – La tribu, la loi, l’espace

17 Novembre 2016 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Antisémitisme et négationnisme, #Israël et le sionisme

Préface de Michel Warschawski au livre d’Ilan Halevi : Question juive – La tribu, la loi, l’espace

Quiconque a connu Ilan d’un peu près sait qu’il était porteur d’identités nombreuses et a vécu de nombreuses vies. Et pourtant, on a toujours et encore des surprises.

Ilan et moi avons été amis pendant plus de quarante ans, mais c’est aujourd’hui, en relisant Question juive que je découvre encore une autre facette, qui m’avait échappée pendant des décennies. Je l’avais pourtant lu au moment de sa publication, sans doute un peu rapidement et superficiellement, m’imaginant qu’il n’aurait rien de nouveau à m’apprendre sur un sujet dont j’avais déjà fait un mémoire au cours de mes études universitaires. Et voilà que Mariam, sa fille, m’a demandé d’écrire une préface pour sa réédition. Moins arrogant que pendant ma jeunesse, je viens de relire l’ouvrage, du début à la fin, et je découvre encore un Ilan. L’expert en histoire juive.

Quand on côtoyait Ilan, on n’avait de cesse de découvrir son immense érudition : il connaissait un nombre inimaginable de sujets, dont il pouvait parler pendant des heures, intégrant quantités d’anecdotes à une trame historique serrée. Sur le jazz il était intarissable, de même que sur l’histoire, ou plutôt les histoires, de l’Afrique ou des Caraïbes, avec des connaissances fournies et détaillées. Je me souviens d’une soirée mémorable, dans sa chambre de Nahlaot à Jérusalem, où il nous racontait, par le menu, un chapitre de l’histoire du Royaume de Zanzibar, les camarades présents s’endormant les uns après les autres et les uns sur les autres, et moi, sous son regard perçant – Ilan regardait les gens droit dans les yeux quand il racontait – tentant de ne pas m’endormir pour pouvoir arriver à temps au travail.

La relecture de Question juive me montre une capacité d’écriture qu’on appelle universitaire, tant par la quantité des sources citées que par la construction rigoureuse de l’argument, ou encore l’utilisation des notes de bas de page. J’ai lu de nombreuses thèses de doctorat, primées par les jurys, qui pourtant n’avaient pas cette rigueur scientifique. Je ne sais pas si ça a été une perte pour Ilan qui n’a jamais fait d’études universitaires, mais l’Université, elle, a perdu un grand chercheur.

lire la suite

Partager cet article

Commenter cet article