Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

L’hiver du vivre ensemble (Joseph Confavreux)

28 Février 2017 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Racisme, #"Gauche" décomplexée

C'est tout l'article qui mérite d'être analysé et exploité, tant il pose les bonnes questions, mais nous ne reproduirons que ces deux extraits :

l’affaire Meklat, cet ex-chroniqueur du Bondy Blog auteur d'un grand nombre de tweets débordant de haine à la fois antisémites, homophobes et misogynes. Il serait sans doute souhaitable, en dépit des risques de prescription, que Mehdi Meklat succède, à la barre du tribunal, à Georges Bensoussan, pour clarifier les choses. En effet, les excuses du jeune homme ont été insuffisantes et il n’y a pas d’indulgence spécifique à avoir au motif que Mehdi Meklat viendrait d’un quartier relégué, d’un milieu socialement dominé ou d’une famille d’origine immigrée.

(..)

Cela étant dit, il existe une autre priorité, politique celle-là. Le cas de Mehdi Meklat ne doit pas permettre une culpabilité par association, voire une « punition collective », telle qu’on la pratiquait à l’époque de l’indigénat et des colonies, de toutes les banlieues, de tous les musulmans, de tous les Arabes, voire de tous les journaux qui ont, un jour, fait un entretien avec Mehdi et Badrou sans pouvoir imaginer que Meklat tenait de tels propos sur Twitter. Ou alors il faut également demander des comptes à tous les chrétiens lorsque Christine Boutin est condamnée en justice pour avoir jugé que « l’homosexualité est une abomination » et vouer aux gémonies les bobos qui pratiquent le yoga lorsque les bouddhistes extrémistes de Birmanie s’en prennent aux minorités musulmanes…

Cette incohérence n’a pas empêché le président de la Licra, Alain Jakubowicz, de s’empresser d’affirmer que « cette affaire est l’arbre qui cache une forêt de haine et de complaisance sur laquelle il faut ouvrir enfin les yeux ». Et un étrange arc d’alliance allant de la fachosphère aux vallsistes rancuniers fait, depuis, feu de tout bois pour réimposer comme agenda politique mortifère cette question identitaire sortie par la porte des primaires avec la défaite de Sarkozy, puis celle de Valls, au moment précis où la campagne nous permettait d’escompter un débat public plus intéressant (éthique et probité, social, économie, Europe, travail, institutions…).

Cette nébuleuse de plus en plus structurée, qui croit incarner un « printemps républicain » alors qu’elle n’est en réalité qu’un hiver du vivre ensemble, pousse ses pions pour, en utilisant cette désastreuse affaire, diviser la citoyenneté, réduire les banlieues à des territoires barbares, affaiblir la gauche et faire la courte échelle électorale à Marine Le Pen après lui avoir ouvert un boulevard idéologique. En passant, elle critique l’ensemble des voix et des médias qui refusent d’embrayer sur la stigmatisation des musulmans constamment réactivée depuis des années. Le plus terrible dans cette attitude est sans doute la haine sociale qu’elle exprime vis-à-vis des quartiers populaires et de leur jeunesse. Mais l’entourloupe la plus visible est l’affirmation faite par le Printemps républicain que « le plus grave dans l’affaire (…), c’est la responsabilité des médias qui l’ont embauché, soutenu, promu, encensé… ».

Article complet :

Partager cet article

Commenter cet article