Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Trump-Netanyahou : répondre aux fossoyeurs de la paix (AFPS)

16 Février 2017 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Israël et le sionisme, #Palestine, #Amériques, #États-Unis

Trump-Netanyahou : répondre aux fossoyeurs de la paix (AFPS)

La rencontre des deux compères à Washington le 15 février confirme que tout est à craindre de leur collusion. Benyamin Netanyahou a bien trouvé en Donald Trump un partenaire à la fois ignorant de la réalité et décidé à marquer sa totale adhésion au projet colonial israélien.

Désormais, plus besoin pour lui de s’embarrasser de la solution à deux Etats qui était depuis plus de 20 ans la position (théorique) de l’administration américaine et qui reste celle de l’ONU, inscrite dans le droit international. La nouvelle stratégie américaine peut se résumer ainsi : la paix, peu importe sa forme, viendra d’un bon gros deal obtenu en face à face entre Israël et Palestiniens, entre une puissance occupante surarmée et un peuple occupé désarmé, prié au passage « de se débarrasser de la haine qu’on (lui) a inculqué » (sic).

L’ignorance crasse du président américain comble un Netanyahou empêtré dans des affaires de corruption et le parti des colons qui n’ont qu’à applaudir bruyamment. Elle a une fonction : casser toute référence à la légalité internationale et ouvrir la voie à toutes les provocations au service du « Grand Israël ».

Le même jour, Saeb Erekat, secrétaire général de l’Organisation de libération de la Palestine, rappelait une évidence : « La seule solution de rechange à une solution à deux États est un État doté de droits démocratiques égaux pour tous ».

Personne, et aucun Etat, ne peut accepter en 2017 l’institutionnalisation d’un Etat d’Apartheid entre Méditerranée et Jourdain, alors que c’est précisément en réponse à la demande de la communauté internationale que l’OLP a reconnu l’Etat d’Israël dans ses frontières de 1967 et accepté d’édifier l’Etat de Palestine sur seulement 22% du territoire de la Palestine historique.

La France, comme l’ensemble de la communauté internationale, doit affronter la réalité et s’opposer dans les faits à cette marche à l’abîme, reconnaître l’Etat de Palestine dans ses frontières du 4 juin 1967 avec Jérusalem-Est pour capitale, interdire toute relation avec la colonisation, demander la suspension de l’accord d’association entre l’Union européenne et Israël.

Avec la complicité des Etats-Unis, l’Etat d’Israël se met délibérément au ban des nations : c’est une réalité qu’il va falloir affronter avec courage et détermination. L’histoire nous a appris que les reculades et la complaisance face au déni du droit ne conduisent qu’à la catastrophe.

Le Bureau national

Partager cet article

Commenter cet article