Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Catach-race Réflexions sur la relaxe de Georges Bensoussan ( Faysal Riad, Pierre Tevanian)

13 Mars 2017 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Islamophobie, #Racisme

Sidérant : l’énoncé suivant, « dans les familles arabes, en France, l’antisémitisme, on le tète avec le lait de sa mère », n’est pas raciste ! Il s’agit, selon les juges qui viennent de relaxer Georges Bensoussan , d’une pure et simple – et innocente – figure de style, en l’occurrence une « catachrèse »...

Tranquillement, l’année dernière, un arrêt du Conseil des Prud’hommes de Paris nous avait expliqué que traiter quelqu’un de « PD » n’avait rien d’homophobe puisqu’il était « reconnu que les salons de coiffure emploient régulièrement des personnes homosexuelles ». Ce qu’aujourd’hui on nous explique, c’est que désigner en bloc « les Arabes » comme des êtres congénitalement antisémites n’est pas du tout une injure raciste mais, attention, une catachrèse.

La catachrèse, mot grec par lequel on veut sans doute nous intimider (κατάχρησις, katákhrêsis), est une figure rhétorique consistant à détourner le sens propre et littéral d’un mot, par exemple (nous reprenons celui du Tribunal) dans une expression comme « les pieds d’une chaise ».

(..)

Puisque Georges Bensoussan ne parle pas d’un véritable lait, d’un véritable allaitement et d’une véritable digestion du lait ingurgité, le Tribunal conclut qu’il ne saurait être question de « racisme biologique ». C’est pourtant d’un racisme caractérisé qu’il s’agit, un racisme que depuis plusieurs décennies, en philosophie, en sociologie ou en histoire, on qualifie de racisme culturaliste, dès lors qu’un groupe entier, catégorisé de manière raciale (le groupe arabe) est essentialisé, homogénéisé, amalgamé, c’est-à-dire appréhendé comme un bloc monolithique et collectivement incriminé (ce que fait sans aucun doute possible Bensoussan, puisque, répétons-le, il dit : les familles arabes). Le propre du racisme culturaliste étant précisément qu’on se dispense de considérations pseudo-biologiques sur la transmission du vice (par un sang, des gènes ou un lait maternel viciés, carencés ou toxiques), pour se rabattre sur une prétendue culture viciée, carencée ou toxique, considérée comme une essence, un destin, un héritage culturel auquel les individus ont tout aussi peu de chance d’échapper qu’à une hérédité biologique.

(..)

Article complet

Partager cet article

Commenter cet article