Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Ce n’est pas la première loi de vol des terres et ce ne sera pas la dernière. (Orly Noy)

5 Mars 2017 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Palestine Colonisation occupation

Orly Noy
8 FÉVRIER 2017 - +972
Traduction Michèle Sibony pour l’UJFP

Israël a une longue et riche histoire d’utilisation de la loi pour déposséder les Palestiniens de leur terre. Qui accepte de regarder ce qui s’est passé pendant les derniers 70 ans ne devrait pas feindre d’être scandalisé par la dernière « loi de vol des terres ».

Bravo au parlement israélien pour avoir voté au début de cette semaine, la « loi de régulation des colonies » (aussi connue sous le nom de « loi de normalisation » et « loi d’officialisation »).

La loi légalise rétroactivement le vol par les colons de terres privées propriétés de Palestiniens, en grande partie les terres sur lesquelles ces colonies qu’Israël appelle des « avant-postes illégaux » ont été construites – car leur existence est illégale même selon la loi israélienne.

Pour être honnête je ne comprends pas vraiment l’indignation du public « juif et démocratique » envers la législation et son passage dans la loi. La nouvelle loi reste fidèle à la longue tradition israélienne d’« officialisation » ou de « régulation » du vol des propriétés palestiniennes par des moyens légaux ; cette loi n’introduit aucune astuce que nous n’ayons vu auparavant.

La tradition commence dans les premières années de l’État d’Israël avec la « Loi sur la propriété des absents de 1950 » qui « régule » l’expropriation des propriétés palestiniennes de tout.e Palestinien.ne qui avait fui.e ou été chassé.e de sa maison pendant la guerre de 1948 et avait achevé son parcours dans l’un des États arabes alentours, « ou dans toute partie de Palestine hors du territoire d’Israël » entre le 29 novembre 1947 et le 19 mai 1948.

Ce que fit la loi sur la propriété des absents, c’est qu’elle déclara que tout ce qui concernait propriétés et terres, était effacé des registres en 1948 – s’agissant des propriétés possédées par les Palestiniens s’entend. Les Palestiniens n’ont aucun recours légal possible pour réclamer des propriétés laissées avant 1948. Les juifs par contre peuvent retrouver les propriétés qu’ils possédaient avant 1948, dans les quartiers de Jérusalem Est comme Sheikh Jarrah, et les autorités israéliennes sont ravies de les aider en chassant les résidents palestiniens de ces propriétés.

Lire la suite

Partager cet article

Commenter cet article