Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Quand il s’agit de la Palestine, les libertés sont menacées (Gilles Manceron)

30 Mars 2017 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Palestine Solidarité en France

Menaces, agressions sans réaction des pouvoirs publics contre des personnes qui dénoncent les violations des droits de l’homme en Palestine, refus, sous couvert d’état d’urgence, par la Préfecture de police de Paris d’autoriser des réunions sur ces sujets, les atteintes aux libertés se multiplient quand on veut aborder le sort des Palestiniens.

En février 2016, le gouvernement israélien a annoncé froidement qu’il allait mobiliser d’importants moyens pour faire taire ceux qui dans le monde dénoncent sa politique. Une étape importante a été franchie dans ce sens le 6 mars 2017, quand, encouragé par les mesures prises aux Etats-Unis par l’ami et le soutien de Netanyahu, Donald Trump, pour interdire l’entrée des ressortissants de certains pays musulmans, Israël a adopté sa propre interdiction d’entrée des étrangers défendant les droits des Palestiniens. Le Parlement a adopté, en effet, en première lecture une loi interdisant l’entrée dans le pays des étrangers qui appellent au boycott d’Israël ou des colonies implantées illégalement en Cisjordanie. Son but proclamé est de combattre la campagne internationale Boycott Désinvestissement Sanctions (BDS) déclenchée en 2005 à la demande de 172 ONG palestiniennes pour obliger le gouvernement israélien à renoncer à la colonisation. Mais sa conséquence pratique est de rendre impossible tout accès à la Cisjordanie et à Gaza aux étrangers voulant exprimer leur solidarité avec les Palestiniens. C’est une interdiction faite à une population déjà isolée et recluse de recevoir des visites, un cadenas scandaleux de plus pour enfermer les Palestiniens.

Ces mesures ont été aussitôt violemment critiquées par les anticolonialistes israéliens, notamment dans le quotidien Haaretz L’auteure d’un article, qui enseigne la science politique au Canada, y déclare le 8 mars que cette mesure la « jette dans les bras des partisans de BDS ». Un autre article constate qu’une telle loi ne peut qu’accentuer dans le monde le rejet de la politique du gouvernement israélien et renforcer le mouvement BDS international.

Mais, en France, des officines aux méthodes fascistes étroitement connectées au lobby des colons de l’extrême droite israélienne à l’origine de ce vote se sont fait aussitôt les relais de cette politique. Ils ont publié des menaces contre ceux qui défendent les droits des Palestiniens, en particulier l’Association France Palestine Solidarité (AFPS), sur différents sites internet, en particulier sur ceux d’une soi-disant « Brigade juive » et du groupe paramilitaire d’extrême droite intitulé « Ligue de Défense Juive » (LDJ). La LDJ, favorable à la colonisation et même à l’annexion de la Cisjordanie, a été ces dernières années l’auteur de nombreuses agressions qui ont motivé les demandes répétées de son interdiction. C’est la branche française d’un mouvement créé à New York par le raciste Meir Kahane, classé aux Etats-Unis comme organisation terroriste depuis 2001 à la suite de la préparation d’une double attaque contre une mosquée et contre un membre du Congrès. En Israël, la LDJ est dénoncée vigoureusement par les anticolonialistes. Ces menaces ont été également publiées par le site Coolamnews, qui se présente ainsi : « Composée de journalistes, mais aussi d’un officier de Tsahal et d’un expert en stratégie, la rédaction de Coolamnews vise à amener une actualité israélienne sans filtre aux francophones, sur un plateau », et par un autre site francophone diffusé depuis Israël, JSSNews.

Lire la suite

Quand il s’agit de la Palestine, les libertés sont menacées (Gilles Manceron)

Partager cet article

Commenter cet article