Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Le nouveau plan “de paix” de Netanyahu est directement inspiré de l’apartheid d’Afrique du Sud (Ali Abunimah)

30 Juillet 2017 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Palestine Colonisation occupation

Des citoyens palestiniens d’Israël manifestent contre des démolitions de maisons à Arara, commune de la région de Wadi Ara, que Netanyahu veut transférer dans une entité palestinienne, Janvier 2017. (Keren Manor/ActiveStills)

Benjamin Netanyahu propose que les citoyens palestiniens d’Israël soient déchus de leur citoyenneté dans le cadre d’un accord de “paix” qui les placeraient dans une future entité palestinienne.

Le Premier Ministre israélien a récemment déclaré à des élus américains, selon un article paru dans Haaretz, que “les communautés arabes israéliennes pourraient être placées sous contrôle palestinien” dans le cadre d’un accord sur le statut final. 

En échange,” rapporte le journal basé à Tel-Aviv, “Israël annexerait des colonies de la Cisjordanie.”

Communément appelée “transfert,” cette proposition équivaudrait à un nettoyage ethnique. Ce n’est pas une idée nouvelle, mais le fait que Netanyahu l’aborde représente une étape supplémentaire pour le gouvernement israélien vers l’adoption formelle de pratiques considérées comme tabou par le passé par de nombreux Israéliens. 

La zone que Netanyahu convoite – au moins dans un premier temps – est Wadi Ara, une région au Nord, incluant la principale ville, Umm al-Fahm.

Environ 1,5 millions de Palestiniens ont la citoyenneté en Israël. Ils sont les survivants et les descendants de la Nakba, le nettoyage ethnique sioniste de la grande majorité de la population palestinienne de ce qui devint l’état d’Israël, avant et après qu’il soit établi en 1948.

L’idée que cela serait un “échange” est clairement absurde car, pour commencer, rien de ce que Netanyahu propose d’échanger n’est à Israël : les colons de la Cisjordanie vivent sur une terre volée aux Palestiniens en violation du droit international.

En outre, les droits des citoyens palestiniens d’Israël – qui, dans le cadre d’une telle mesure seraient privés du droit à déterminer leur propre sort sur leur terre de naissance – ne sont pas des cadeaux d’Israël, établi chez eux avec force et violence à leurs dépends.

Les soi-disant échanges de populations nous rappelle à un passé sombre; ils furent pratiqués avant l’ère moderne, lorsqu’il était admis que les monarques traitent les populations comme leurs propriétés.

Mais la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et autres standards entérinés après les atrocités de la deuxième guerre mondiale, donnèrent des droits aux individus et rendirent illégaux le déplacement forcé et la destitution arbitraire de citoyenneté et de nationalité.

Mais comme je l’explique dans mon livre de 2014 La bataille pour la justice en Palestine, l’affirmation d’Israël au “droit d’exister en tant qu’état juif” ne peut être réalisé sans la violation massive et constante des principes les plus fondamentaux des droits humains, égalité et antiracisme.

Logique d’apartheid

Lire la suite

Partager cet article

Commenter cet article