Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Que font de vieilles photos et de vieux films de Palestiniens dans les archives de l’armée israélienne ?

7 Juillet 2017 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Palestine Colonisation occupation

Que font de vieilles photos et de vieux films de Palestiniens dans les archives de l’armée israélienne ?

Des photos et des films palestiniens saisis par les troupes israéliennes se sont empoussiérés aux archives de l’armée et du ministère de la défense jusqu’à ce que Rona Sela, conservatrice et historienne d’art, en révèle l’existence. Le matériau offre une alternative au récit sioniste qui nie la présence ici de Palestiniens, dit-elle.

La première réaction c’est l’incrédulité : pourquoi ce matériau est-il stocké aux archives des Forces de Défense et du ministère de la défense d’Israël ? Le premier lot est étiqueté en hébreu, « Histoire de la Palestine depuis 1919 », le second « Dessins d’enfants scolarisés dans un camp de réfugiés où ils vivent et aspirent à retourner en Palestine ». Le troisième : Description de la brutalité du traitement des Palestiniens des Territoires par l’armée israélienne ».

Ces trois bobines de films en 16 mm sont placées avec un soin particulier dans les archives centrales qui renseignent sur les activités militaro sécuritaires d’Israël. Elles se trouvent à Tel Hashomer, près du centre du conseil de révision nationale à proximité de Tel Aviv.

Ces trois objets sont à peine une goutte dans l’océan de 38 000 films, 2,7 millions de photos, 96 000 enregistrements audio et 46 000 cartes et photos aériennes rassemblées aux archives de l’armée depuis 1948, sur ordre de celui qui fut le premier Premier Ministre et ministre de la défense d’Israël, David Ben Gourion. Mais un examen plus minutieux révèle que cette « goutte dans l’océan » particulière est subversive, exceptionnelle et hautement significative.

Ces images font partie d’une collection – dont la taille exacte et la totalité des détails restent inconnues – d’un butin de guerre filmique pris par l’armée israélienne aux archives palestiniennes dans des attaques menées au cours des années, mais majoritairement lors de la guerre du Liban de 1982.

Récemment, cependant, à la suite d’une longue et persistante bataille juridique, les films confisqués au Liban, qui s’étaient empoussiérés pendant des années – au lieu d’être projetés dans des cinémathèques ou autres occasions en Israël, ont été sauvés de l’oubli, avec aussi de nombreuses photos. La personne responsable de cette évolution est Rona Sela, conservatrice et chercheure en histoire visuelle de l’Université de Tel Aviv.

Depuis près de vingt ans, Sela a exploré la mémoire visuelle sioniste et palestinienne. Elle a un bon nombre de révélations importantes et de découvertes à son actif, qu’elle a publiés dans des livres, des catalogues et des articles. Parmi les titres en hébreu : « La photographie en Palestine/Eretz Israël dans les années 1930 et 1940 » (2000) et « Rendues publiques : photographies palestiniennes des archives militaires en Israël » (2009). En mars, elle a publié un article dans une revue de sémiologie sociale en langue anglaise sur « La généalogie du pillage et de l’effacement coloniaux – le contrôle israélien sur les archives palestiniennes ».

lire la suite

Partager cet article

Commenter cet article